Les femmes honduriennes tissent un tissu de solidarité face à l’extractivisme


Les habitants de la vallée de Sula, au Honduras, ont vu l’eau monter sur le toit de leurs maisons en novembre dernier. Cette région du nord-ouest du pays, déjà fortement touchée par la pandémie, a été dévastée par les inondations causées par les ouragans Eta et Iota qui ont frappé à deux semaines d’intervalle.

Selon les recherches, c’est la première fois que deux cyclones ont frappé le Honduras au cours de la même saison. Eta et Iota ont fait au moins 94 morts, un demi-million de personnes déplacées à l’intérieur du pays et près de 4 millions de sinistrés au Honduras. Selon les analystes, l’impact des cyclones pourrait faire grimper le taux de pauvreté du pays jusqu’à 80 pour cent en 2021.

La vallée de Sula abrite deux des plus importants bassins fluviaux du Honduras, ce qui rend la région particulièrement vulnérable aux inondations. Cette partie du pays a également été historiquement le cœur de l’activité extractive transnationale au Honduras et le cœur d’une forte résistance. Depuis 2018, le gouvernement a enregistré 157 centrales hydroélectriques, dont la majorité dans les départements de Cortés et de Santa Bárbara, où se trouve la vallée de Sula.

Betty Vásquez Rivera, une Autochtone Lenca  féministe et coordinatrice du Movimiento Ambientalista Santabarbarense (MAS) de Mujeres por la Vida (Mouvement environnemental de Santa Barbarense (MAS) de Femmes pour la vie), a déclaré que la promotion par l’État d’un modèle économique non durable, polluant et extractif, a fait de la vallée de Sula un territoire encore plus vulnérable aux catastrophes naturelles causées par le changement climatique.

“Rien qu’à Santa Bárbara, il y a plus de 31 grands projets hydroélectriques », a déclaré Vásquez. « Quand on parle de quatre projets hydroélectriques qui vont produire 150 mégawatts d’énergie en plus, on parle de plus de 15 municipalités de Santa Bárbara qui seront touchées par des déplacements, des expulsions, la perte de zones productives, la perte de routes, de territoires, etc. Des choses sérieuses nous arrivent.”

Pour le gouvernement du Honduras, reconstruire la vallée de Sula signifie construire des barrages qui laisseraient les communautés sans ressources en eau. Malgré l’opposition locale, en novembre 2020, le président Juan Orlando Hernández a déclaré que la construction de barrages était une priorité nationale.

“Pour atténuer tout ce qui s’est passé dans la vallée de Sula, la construction de barrages n’est pas une solution », a déclaré Vásquez. J’ai fait le tour de certaines communautés qui vont être touchées par les barrages et les gens m’ont dit : « Nous craignons qu’ils nous déplacent, nous ne savons pas ce qui se passera en 2021, nous craignons qu’ils viennent installer un projet et ne respectent pas le droit à la consultation ou au consentement ». C’est une incertitude avec laquelle nous vivons. Les entreprises privées ne se soucient pas de ce que les gens pensent, parce que nous allons faire face à un État en faillite qui ne respecte pas les voix et la résistance.”

Vásquez estime que la reconstruction, la relocalisation des communautés, des centres et des villes et la relance de l’économie doivent avoir lieu dans la vallée de Sula. « Ici, environ 150 000 quintaux [15 millions de kilos] de café ont été détruits et personne ne parle de récupérer et de réactiver ces zones agricoles. Ici, il y a des communautés qui ont été déplacées à 100% parce qu’elles ne sont plus habitables, il n’y a pas d’assainissement de l’eau. Des problèmes structurels aussi importants ne seront pas résolus par la construction de projets hydroélectriques.”

 

L’impact de l’extractivisme sur les femmes  

La construction de ces méga-projets a de grandes répercussions sur les femmes, puisque ce sont elles qui gèrent la nourriture et l’eau pour leur famille. Selon Vásquez, la construction de centrales hydroélectriques aurait des répercussions directes sur le corps et la vie des femmes. « Par exemple, l’eau va être limitée et les femmes vont devoir transporter de l’eau depuis d’autres endroits. Les migrations forcées vont augmenter et, avec elles, de nombreuses femmes quittent les communautés avec leurs enfants, ce qui crée une situation de vulnérabilité et de risque pour elles.”

“Les projets d’extraction ont un impact spécifique sur les peuples autochtones car ils violent leur droit à l’autodétermination, à leurs pratiques ancestrales et à vivre dans un environnement sain », a déclaré M. Vásquez. « De la même manière que les femmes sont touchées depuis que l’extractivisme, en plus de générer la dépossession et le déplacement, commercialise l’accès à la terre dans des conditions d’égalité et aux biens fonciers/patrimoniaux dans la logique du patriarcat, et où les femmes ne prennent pas de décisions concernant leurs terres, leurs maisons, car les entreprises parlent toujours de propriétaires se référant aux hommes et à aucun moment elles ne consultent les femmes ou ne les considèrent comme propriétaires de ces territoires, de l’eau, des animaux, des semences.”

 

Créér un tissu de solidarité

Face aux impacts négatifs des mégaprojets qui empiètent sur leurs territoires, à la pandémie et aux deux cyclones dévastateurs, les femmes de MAS ont dû trouver des moyens de continuer. Alors que leur résistance à ces mégaprojets se poursuit, elles privilégient également les soins collectifs pour renforcer leur résilience.

Avec le soutien du Fondo Centroamericano de Mujeres, l’organisation chef de file de la Global Alliance for Green and Gender Action, ils ont pu pratiquer une tradition ancestrale du peuple Lenca appelée Guancasco de las Semillas. Ensemble, ils ont mis en place un système d’échange de semences autochtones où les grains et les semences passent d’une communauté à l’autre sans utiliser d’argent. Même en temps de pandémie et de confinement, les communautés ont pu cultiver leurs propres légumes comme le maïs et les haricots. Quatre-vingt-dix pour cent des participants ont réussi à récolter et à stocker leurs légumes, s’assurant de la nourriture pour l’année.

Pour M. Vásquez, se soutenir mutuellement entre les communautés, c’était comme créer un tissu de solidarité et de soutien humanitaire. « C’était magnifique de voir comment les compañeras envoyaient leurs haricots ou leur maïs à d’autres communautés qui avaient tout perdu et étaient touchées. Le maïs produit à Santa Bárbara a été acheminé dans les quartiers de Tegucigalpa. Cette expérience communautaire donne de la force et de l’énergie, dans un contexte environnemental vulnérable.”

Ensemble, ils ont pu construire l’espoir et d’autres formes de résistance et de défense, non seulement contre les projets des entreprises, mais aussi pour la défense de leurs semences et de leurs coutumes autochtones – toutes les pratiques ancestrales qu’ils avaient arrêtées en raison du système économique actuel.

Ils ont également mené une campagne radiophonique encourageant les auditeurs à ne pas laisser la pandémie leur enlever l’espoir, à encourager le soutien collectif et à dénoncer la corruption du gouvernement qui s’empare des ressources approuvées pour la prévention et la réponse à la COVID-19.

Les défenseuses du MAS, dont Vásquez, sont déjà confrontés à la criminalisation, au harcèlement, aux menaces et aux attaques, ainsi qu’à des campagnes de diffamation pour leur résistance ouverte aux projets extractifs. Vingt pour cent des concessions minières et énergétiques du Honduras se trouvent dans des territoires autochtones et noirs, ce qui accroît le conflit dans un pays considéré comme l’un des plus dangereux au monde pour la défense de l’environnement.

Malgré cela, Vásquez a déclaré que le groupe continuera à exercer le droit d’association et de réunion car les entreprises extractives n’ont pas cessé leurs activités et le gouvernement n’a pas non plus cessé d’accorder des concessions.

 

Le Movimiento Ambientalista Santabarbarense (MAS) de Mujeres por la Vida (Mouvement environnemental de Santa Barbarense (MAS) de Femmes pour la vie) est partenaire local du Fondo Centroamericano de Mujeres, qui est la principale organisation de la Global Alliance for Green and Gender Action. Le groupe s’est formé en 2011 pour renforcer la résistance des communautés contre l’exploitation minière, puis a étendu ses activités à la défense et à la protection des biens naturels et communs dans le département de Santa Bárbara. Le groupe est principalement composé de femmes qui défendent leur territoire, la terre et leur corps, contre l’extractivisme et le patriarcat. Vous pouvez suivre leur travail sur leur page Facebook.

 

Illustration par Naadira Patel @studiostudioworkwork.


Related Post

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Le réchauffement climatique est une violence contre les femmes

En seulement cent ans, l’industrialisation, le consumérisme, l’individualisme, la déprédation, le pillage et la violence ont modifié le climat comme…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.