La GAGGA lance la campagne 2022 #WeWomenAreWater


*Pour voir les liens vers les histoires de la campagne, veuillez faire défiler vers le bas

La seconde partie du sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC)  a été clairement présentée la semaine dernière: Le changement climatique est une menace pour le bien-être de l’homme et la santé planétaire, et tout nouveau retard dans l’action mondiale concertée ferait perdre une brève ouverture qui se refermerait rapidement pour garantir un avenir viable et durable pour tous.

Le rapport a également clarifié un autre point : le fait de réunir les connaissances scientifiques, autochtones et locales tout en donnant la priorité à la justice et à l’équité permettra de trouver des solutions climatiques plus efficaces. Ces solutions existent déjà et sont mises en œuvre par les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier – celles qui sont généralement les premières touchées par les effets du changement climatique et qui mènent des actions locales en faveur du climat bien qu’elles soient négligées dans les processus décisionnels. Dépendantes des ressources naturelles, ces personnes utilisent les connaissances locales, traditionnelles et autochtones pour développer des solutions climatiques qui sécurisent et protègent les ressources en eau — de la restauration de l’habitat côtier et de la gestion communautaire de l’eau aux systèmes de collecte des eaux de pluie et aux forêts alimentaires.

Malheureusement, ces initiatives sont largement sous-financées, et les personnes les plus touchées par le changement climatique et la pénurie d’eau liée au climat sont largement exclues de l’accès aux financements qui soutiennent les actions d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Seulement 0,01% des financements dans le monde soutiennent des projets qui abordent à la fois le climat et les droits des femmes.

C’est pourquoi, cette année, nous présenterons des solutions climatiques équitables en matière de genre liées à l’eau au cours de notre campagne annuelle #WeWomenAreWater, de la Journée internationale de la femme (8 mars) à la Journée mondiale de l’eau (22 mars). Ces cas démontrent, pour les institutions de financement du développement et les fonds climatiques, la nécessité de transférer les ressources des projets destructeurs de l’environnement qui violent les droits de l’homme et ont un impact négatif sur l’eau, comme les grands barrages et les plantations d’arbres en monoculture, vers des initiatives communautaires qui s’attaquent au changement climatique tout en luttant activement contre les inégalités entre les sexes. Nous demandons également aux investisseurs et aux fonds de pension qui alignent leurs investissements sur les Objectifs de développement durable d’élargir leurs engagements pour inclure ces solutions climatiques locales.

À partir de la Journée internationale de la femme, la Global Alliance for Green and Gender Action (GAGGA) et ses partenaires publieront sur les médias sociaux des histoires provenant du Guatemala, du Paraguay, des Philippines, du Népal et du Nigeria où les acteurs de la finance climatique investissent dans des solutions techniques à la crise climatique qui protègent les profits des entreprises tout en ayant un impact négatif sur les écosystèmes critiques ainsi que sur l’accès des populations à la terre, à la souveraineté alimentaire et à l’eau.  Nous mettrons également en lumière des cas où la sécurité limitée de l’eau des communautés soutenues par la GAGGA est aggravée par l’investissement continu dans l’extraction des combustibles fossiles. Bien que ces histoires ne constituent qu’un petit échantillon, elles reflètent la réalité de nombreuses communautés à travers le monde.

Des solutions climatiques équitables, inclusives et durables existent déjà au niveau local – il est temps de les financer. Rejoignez la campagne pour exiger que le financement du climat soutienne ces solutions climatiques transformatives, dirigées par des femmes, qui donnent la priorité aux personnes et à la planète plutôt qu’aux solutions de type « business-as-usual ».

Consultez la boîte à outils pour les médias sociaux ici et vous pouvez suivre la campagne sur Facebook, Instagram et Twitter à l’aide de #WeWomenAreWater et #LasMujeresSomosAgua.

__________________________________

Les histoires de la campagne

Des femmes restaurent des forêts de mangrove dans le delta du Niger

Les femmes Magar utilisent les connaissances autochtones pour atténuer les effets du changement climatique

Les femmes Qom préservent la forêt native dans le Chaco paraguayen

Les femmes Dumagat utilisent des produits forestiers non ligneux pour atténuer le changement climatique et s’y adapter

Les femmes Mayas Ch’orti’ récupèrent leurs droits territoriaux et leur accès à l’eau

 

Illustration par Andrea Paredes.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.