Les femmes nigérianes renforcent leur capacité à mettre en œuvre le plan d’action sur le genre et le climat 


Points forts de l’histoire

  • Le Nigeria a adopté un Plan d’Action National sur le Genre et le Changement Climatique en août 2020, qui a été finalisé avec le soutien de Both ENDS, membre de la GAGGA.
  • Les femmes qui travaillent et vivent dans les mines artisanales du sud-est du Nigéria, qui menacent en fin de compte la résilience et la capacité d’adaptation des écosystèmes et des communautés au changement climatique, subissent des conséquences sanitaires, une aggravation de la pénurie d’eau et des risques de viol plus élévés.
  • Le Women Environmental Programme (WEP – Programme Environnemental des Femmes) a invité les organisations de défense des droits des femmes de tout le Nigéria à renforcer leurs capacités pour exiger la justice environnementale pour les femmes dans leurs communautés respectives, et à soutenir la mise en oeuvre locale du plan d’action national.
  • Les plans d’action nationaux et locaux étant prêts, la société civile est confrontée à des problèmes de mise en oeuvre liés au financement, à la coordination et aux récentes manifestations #ENDSARS.

_____________________________________________________________________________________

En août, le Nigeria est devenu l’un des rares pays d’Afrique à approuver un plan d’action en faveur de l’égalité des sexes depuis que le United Nations Framework Convention on Climate Change (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) (CCNUCC) en a adopté un pour la première fois en 2017. Le National Action Plan on Gender and Climat Change (Plan d’Action National du Nigéria sur le Genre et le Changement Climatique) est une feuille de route pour le gouvernement et le secteur privé afin d’intégrer les connaissances, l’expérience, les besoins et les préoccupations des gens dans les initiatives nationales de lutte contre le changement climatique. 

Le Women Environmental Programme (WEP) a collaboré avec le ministère fédéral de l’environnement du Nigeria pour élaborer le plan et, avec le soutien de Both ENDS, membre de l’alliance GAGGA, s’assurer qu’il était conforme au plan d’action mondial de la CCNUCC en matière de genre. Ce processus a intégré les contributions des parties prenantes des six zones géopolitiques du Nigeria, notamment le gouvernement, les femmes, les jeunes, les personnes handicapées et les personnes âgées. 

Le plan d’action se concentre sur cinq domaines d’intervention, à savoir l’agriculture, la sylviculture et l’utilisation des terres, la sécurité alimentaire et la santé, ainsi que l’eau et l’assainissement. Sa mise en œuvre sera supervisée par un large éventail d’acteurs, dont des organisations de la société civile axées sur les femmes et les jeunes. Il vise, entre autres, à renforcer la participation des communautés locales aux programmes forestiers et agricoles, à garantir les droits des femmes à la propriété foncière et à mobiliser les groupes de femmes pour créer des pépinières et planter des arbres.

Crédit photo: WEP Nigeria

Les effets du changement climatique au Nigeria

WEP est une organisation qui sensibilise aux impacts sur le genre du changement climatique dans les zones rurales du Nigéria et aide les femmes à aborder politiquement et économiquement les questions environnementales qui affectent leur vie. Selon la Banque Africaine de Développement, les femmes représentent 70 pourcent de la main-d’œuvre agricole du Nigeria. 

Dans un pays où l’agriculture est largement tributaire de la pluie, le régime des précipitations est en train de changer. Des sécheresses prolongées ont touché le nord, une région déjà sèche, provoquant des tempêtes de poussière et la désertification. Le lac Tchad, au nord-est, l’un des plus grands lacs du monde, a rétréci de 90 % depuis les années 1960. Dans le sud, le changement climatique affecte le calendrier, la prévisibilité et la durée des pluies de mousson. Les tempêtes de pluie individuelles deviennent plus intenses, entraînant une augmentation des inondations extrêmes dans de grandes parties du pays.

Ces effets du changement climatique ont rendu des hectares de terre improductifs et ont provoqué une baisse des rendements, tout en asséchant les rivières. L’exploitation minière offre souvent aux agriculteurs une alternative et un revenu plus élevé lorsque leurs cultures sont affectées par des précipitations irrégulières.

Les femmes dans les mines

La Fondation Agrotech Youth Africa (AYA) soutient les femmes et les enfants de la communauté Umuoghara qui travaillent et vivent à proximité des mines artisanales de l’État d’Ebonyi, dans le sud-est du Nigeria. L’exploitation minière, qui représentait autrefois une part importante de l’économie nigériane, a été abandonnée par le gouvernement lors de la découverte de pétrole dans les années 1960 laissant les petits exploitants miniers mener des opérations minières illégales qui restent non réglementées jusqu’à aujourd’hui. L’absence de contrôle gouvernemental a rendu les impacts environnementaux de l’exploitation minière artisanale aussi mauvais, voire pires, que ceux des mines à grande échelle; la dégradation des sols, la déforestation, la perte de biodiversité et la pollution de l’eau induites par l’exploitation minière menacent la résilience et la capacité d’adaptation des écosystèmes et des communautés à résister aux catastrophes naturelles liées au climat. 

Queen Israël, PDG de la Fondation AYA, a déclaré que les femmes et les enfants d’Umuoghara travaillent comme ouvriers aux côtés d’hommes sans équipement de protection personnelle, utilisant leurs mains nues pour transporter du plomb, respirant des particules de plomb et rentrant chez eux avec de la poussière de plomb sur leurs vêtements. Dans une région déjà confrontée à une pénurie d’eau, une série d’études a également permis de découvrir des niveaux élevés de contamination par les métaux lourds dans l’eau, le sol et les plantes d’Ebonyi, ce qui a causé des dommages à la santé des communautés et détruit les terres agricoles. 

La Nigerian Cable Newspaper Journalism Foundation a rapporté que les mineurs artisanaux, qui manquent souvent de l’expertise minière nécessaire, ont creusé des terres et abandonné au moins 72 puits de mine autour de plusieurs communautés à Ebonyi. Ces fosses n’ont toujours pas été remplies des années après la fin de l’activité minière et ont provoqué la noyade de personnes qui tentaient d’aller chercher l’eau collectée dans la fosse après la saison des pluies. Selon Queen, les femmes doivent maintenant parcourir de plus longues distances pour aller chercher de l’eau, ce qui les expose à des risques de viol plus élevés. 

Queen Israel est à droite à Umuoghara. Crédit photo: AYA Foundation.

Formations de sensibilisation à la justice environnementale et à l’égalité de genre

La Fondation AYA a contribué au Plan d’Action National sur le Genre et le Changement Climatique et a participé à une formation que la WEP a organisée sur la défense de l’environnement. Le WEP a invité les organisations de défense des droits des femmes à travers le Nigéria à renforcer leurs capacités à exiger la justice environnementale pour les femmes dans leurs communautés respectives, et à soutenir la mise en œuvre locale du plan d’action national. 

Les femmes ont appris comment différentes organisations au Nigeria s’attaquent aux conséquences du changement climatique et comment contrôler les actions de leurs propres gouvernements locaux. Les participantes se sont ensuite concentrées sur les problèmes environnementaux de leurs régions, tels que l’exploitation minière, la déforestation et le torchage du gaz, et ont identifié la manière dont ils affectent les femmes. Sur la base de ces conversations, elles ont élaboré leurs propres plans d’action pour inciter les dirigeants communautaires à s’attaquer aux conséquences du changement climatique. 

Mener un plaidoyer local et les défis à venir

Lorsque les participants sont retournés dans leurs communautés, beaucoup d’entre eux ont partagé leurs connaissances avec les femmes locales et ont commencé à mettre en œuvre leurs plans d’action. La Fondation AYA a commencé à inciter les chefs traditionnels à examiner les conséquences de l’exploitation minière sur les femmes et à améliorer l’accès à l’eau potable. La Global Initiative for Nature Improvement, une organisation qui a également participé à une formation de WEP, a invité des groupes de femmes, des chefs traditionnels et le gouvernement local à participer à une formation qu’elle a organisée sur l’intégration de la dimension de genre dans des projets tels que la création de pépinières et la construction de fours de cuisson au biogaz. 

Cependant, les défis auxquels la société civile est confrontée pour aller de l’avant sont le financement, la coordination et les récentes manifestations #ENDSARS. Depuis le début du mois d’octobre 2020, les manifestations pacifiques qui avaient commencé par des brutalités policières se sont transformées en appels de masse de plus en plus violents en faveur d’une réforme de la police et de la fin de la mauvaise gouvernance, ce qui a eu un impact sur les villes de tout le Nigeria. La Fondation AYA avait prévu de former les femmes d’Umuoghara à l’agroforesterie et à la culture de jeunes plants d’arbres, mais elle a dû suspendre toutes ses activités en raison des protestations et des fonds limités. 

Le WEP a déclaré que les activités proposées dans le Plan d’Action National sur le Genre et le Changement Climatique nécessitent un financement de différents ministères, et que l’effondrement des prix du pétrole provoqué par la réponse mondiale à la COVID-19 pourrait pousser le Nigeria dans sa pire récession depuis 40 ans, rendant très improbable un financement suffisant pour le plan. Le WEP a également déclaré que les agences auront besoin de conseils pour coordonner et intégrer ces activités dans leurs programmes et les mettre en œuvre, mais que si le Ministère Fédéral de l’Environnement s’engage et fournit des ressources suffisantes, il pourra réunir les ministères et les agences concernés.

Le WEP et le Ministère Fédéral de l’Environnement prévoient de lancer officiellement le plan lors d’une conférence de presse virtuelle ce mois-ci, et organiseront une conférence nationale en ligne en décembre 2020 pour que les parties prenantes se familiarisent avec le plan et s’engagent à l’adopter dans leurs états respectifs. 

Vous pouvez en apprendre davantage sur le travail de la WEP sur leur site web ou leur page Facebook.

L’image ci-dessus est de WEP.


Related Post

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

Que fait exactement la GAGGA ? Découvrez-le dans cette nouvelle animation

Les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier travaillent déjà à des solutions climatiques…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.