Financement de l’action climatique féministe aux Fidji


Il ne fait aucun doute que, malgré leur contribution négligeable aux gaz à effet de serre, les nations insulaires du Pacifique sont à l’avant-garde de la lutte contre la plus grande crise de notre génération – le réchauffement de la planète.

Les impacts du changement climatique ne sont pas seulement une question environnementale ou politique, mais aussi une question sociale complexe ayant d’immenses répercussions sur le bien-être des femmes, des filles et des groupes marginalisés, qui sont déjà confrontés à des injustices dues à des dynamiques de pouvoir sexuées et à un manque de contrôle sur l’utilisation des ressources.  Des études ont montré que les femmes et les filles ont 14 fois plus de risques de mourir ou d’être blessées que les hommes lors d’une catastrophe naturelle. Elles subissent un certain nombre d’effets secondaires, notamment la violence sexiste, la perte d’opportunités économiques et une charge de travail accrue.

Non seulement les femmes sont plus touchées par le changement climatique que les hommes, mais elles jouent également un rôle crucial dans l’adaptation au changement climatique et son atténuation. Les femmes ont la connaissance et la compréhension de ce qui est nécessaire pour s’adapter aux conditions environnementales changeantes et pour trouver des solutions pratiques. Mais leurs connaissances et leur expertise sont encore des ressources largement inexploitées. Les droits fonciers restreints, le manque d’accès aux ressources financières, à la formation et à la technologie, et l’accès limité à la prise de décision politique les empêchent souvent de jouer pleinement leur rôle dans le renforcement de la résilience face au changement climatique et aux autres défis environnementaux.

Les communautés rurales et éloignées sont plus vulnérables et souvent invisibles et mal desservies dans le processus de redressement compte tenu de leur isolement géographique. Selon les résultats de l’enquête sur les revenus et les dépenses des ménages 2019-2020 du Bureau des statistiques de Fidji, la pauvreté rurale reste plus élevée que la pauvreté urbaine, 62,2 % des pauvres vivant dans les zones rurales.

Lorsque les ressources parviennent enfin à ces communautés, ce sont encore les femmes, les filles et les groupes marginalisés qui ne reçoivent que peu ou pas de soutien dans leurs efforts de rétablissement, et leurs voix ne sont pas entendues. La représentation limitée des femmes dans les instances dirigeantes de la communauté fait que leurs besoins particuliers ne sont pas compris et pris en compte.

Au Women’s Fund Fiji (le Fonds), notre objectif est de modifier les déséquilibres de pouvoir qui empêchent la pleine participation des femmes, des filles et des groupes marginalisés en offrant un accès équitable et flexible aux ressources qui aideront les groupes, réseaux et organisations de femmes et de féministes à mieux répondre et s’adapter à la crise climatique.

La justice climatique et l’action humanitaire font également partie des six domaines d’intervention du Fonds dans le cadre de notre premier plan stratégique pour 2022-2024.

L’année dernière, les Fidji ont subi deux cyclones sévères et l’impact de la pandémie mondiale. En réponse aux besoins croissants des femmes et des personnes non conformes au genre, notamment dans les domaines de la violence et de l’insécurité alimentaire, le Fonds a lancé sa subvention de résilience, qui soutient la gestion de crise ou les activités de crise dans la période initiale ou de récupération des crises soudaines. Un montant maximum de 50 000 FJD (environ 24 000 $US) est offert chaque année aux partenaires actuels et anciens bénéficiaires du Fonds.  Depuis son lancement, le Fonds a déjà versé 12 subventions à 10 groupes et organisations de femmes et de féministes aux Fidji.

Le Fonds a également reçu une assistance technique du Partenariat australien pour le climat du Pacifique afin d’améliorer ses subventions pour la résilience et de faciliter l’accès aux futures opportunités climatiques pour ses partenaires subventionnés. Le Partenariat pour le climat, qui investit massivement dans la mise en place de programmes de résilience dans le Pacifique, soutiendra également un investissement accru du secteur privé dans les solutions climatiques. 

Financement de l’action des femmes dans le cadre de la reconstruction après une catastrophe par l’intermédiaire de Rise Beyond the Reef

Par le biais de ses subventions pour la résilience, le Fonds a soutenu Rise Beyond the Reef (RBTR) dans son programme de reprise après sinistre, en collaboration avec des femmes indigènes et leurs communautés rurales. RBTR a établi un programme de chaîne de valeur et d’approvisionnement à long terme, largement autonome, avec plus de 350 femmes rurales et plus de 1 500 personnes à charge. Grâce à leur programme d’autonomisation économique, elles ont développé un réseau d’intervention en cas de catastrophe dirigé par des femmes, en s’appuyant sur la structure des coordinateurs de district et de village établie pour leur chaîne d’approvisionnement. À ce jour, ces groupes de femmes rurales ont gagné près de 700 000+ FJD (336 000+ $US) grâce aux programmes depuis sa création en 2015. Le cadre d’intervention et de rétablissement de RBTR est à la fois inclusif et facilement extensible pour aider à restaurer la dignité des communautés rurales et éloignées ravagées par les cyclones.

Citons par exemple le programme “Shelter from the Storm” de RBTR qui a été créé en 2016 à la suite de la dévastation du cyclone tropical Winston de catégorie 5 – la tempête la plus forte jamais enregistrée à frapper dans l’hémisphère sud.  Les communautés touchées ont perdu la quasi-totalité de leurs moyens de subsistance, les récoltes ayant été détruites et les matières premières (nécessaires au tissage d’objets artisanaux) comme les pandanus (voivoi) et les mûriers (masi) ayant été décimées. 

Le programme a appris aux artisans à transformer les débris laissés après la tempête en produits à valeur ajoutée.  Par exemple, des souches de bois dur récupérées ont été peintes et transformées en tabourets et en tables. Les femmes ont transformé la chair des noix de coco tombées au sol en huile et en nourriture pour animaux, tandis que les coquilles de noix de coco ont été transformées en bijoux et en chandeliers. Les pierres et les coquillages ont été ramassés, nettoyés et polis, puis joliment peints, placés dans un petit sac à cordon imprimé à la main et vendus comme un jeu appelé tick-tac-toe. Le programme a également fourni des scieries portables à ces communautés afin de les aider à utiliser les arbres tombés au sol pour reconstruire et réparer les maisons endommagées.

RBTR a ensuite travaillé avec les communautés pour développer des plans de relance économique à moyen et long terme et des opportunités pour les femmes. Cela inclut des intrants artisanaux et agricoles, le développement de produits et le soutien à l’accès au marché, ainsi que le rétablissement de jardins communautaires et de banques alimentaires pour lutter contre l’insécurité alimentaire.  RBTR s’assure que lorsque les communautés replantent leurs cultures à des fins de subsistance et de revenus, elles se procurent des semis et des plantes résistants au climat.

RBTR a reproduit le programme plus tôt cette année pour aider la province de Bua à se remettre du cyclone tropical Yasa catégorie 5 qui a frappé en décembre 2020.  Bua se trouve sur l’île septentrionale de Fidji et ressentait déjà les effets du COVID-19. Grâce au programme, 12 nouvelles maisons ont été construites et 37 maisons ont été réparées à l’aide du bois scié.  La valeur de détail approximative du bois brut de sciage transformé à ce jour, basée sur le volume cubique, est de 300 000 FJD (145 000 $US).

Un élément clé du succès et de l’extensibilité du programme a été le leadership et la participation des femmes à chaque étape du processus de récupération.  RBTR veille à ce que les femmes soient impliquées dans la reconstruction et la prise de décision, et à ce que leurs besoins soient considérés comme prioritaires. Les femmes ont même été formées au fonctionnement des scieries et aux techniques de base de la menuiserie.

Le soutien du Women Fund Fiji à des organisations dirigées par des femmes comme RBTR nous a appris que la meilleure solution pour les communautés du Pacifique face à la crise climatique est celle qui adopte une approche communautaire globale et qui donne la priorité à la voix et à la participation des femmes, des filles et des groupes marginalisés.

 

À propos des auteurs

Kuini Rabo est une spécialiste du développement fidjienne qui a plus de 13 ans d’expérience de travail avec les communautés, en particulier les réseaux de femmes, aux Fidji et dans le Pacifique. Elle a également géré des projets sur le genre et l’énergie et a de l’expérience dans la coordination de l’aide. Kuini a travaillé avec le Secrétariat de la Communauté du Pacifique, l’Université du Pacifique Sud et le gouvernement fidjien. Elle est actuellement chargée de programme au Fonds pour les femmes de Fidji.

Erica Lee est une spécialiste de la communication stratégique et de la communication pour le développement, avec plus de 15 ans d’expérience en communication dans le Pacifique.  Elle est passionnée par l’utilisation du journalisme de développement pour amplifier les voix des insulaires du Pacifique, faciliter une participation significative et favoriser le changement social. Elle a travaillé pour le Fonds d’équipement des Nations Unies, l’Organisation du secteur privé des îles du Pacifique et le gouvernement fidjien. Erica est actuellement responsable de la communication au Women’s Fund Fiji.

À propos de Women’s Fund Fiji

Women’s Fund Fiji (le Fonds) est le premier fonds national pour les femmes dans le Pacifique.  Nous sommes un fonds féministe empathique et adaptatif qui s’efforce d’influencer et de mobiliser des ressources financières et non financières pour les organisations et les mouvements féministes et de défense des droits des femmes, afin qu’ils puissent faire progresser les droits humains des femmes, des filles et des personnes non conformes au genre aux Fidji.

Le Fonds a commencé à mettre en œuvre son travail en 2017 en tant qu’initiative quinquennale du programme Pacific Women Shaping Pacific Development (Pacific Women) du gouvernement australien.  Le Fonds a engagé jusqu’à 10,5 millions de dollars australiens de 2017 à 2022 pour financer et renforcer les capacités des groupes, organisations et réseaux de femmes aux Fidji afin d’étendre et d’améliorer leur travail sur la justice de genre et les droits humains. En 2021, le Fonds a été enregistré à Fidji en tant qu’entité locale en vertu de la loi fidjienne sur les associations caritatives et dispose désormais d’un nouveau conseil de gouvernance dirigé par le mouvement féministe et féminin fidjien.

 

Image en vedette conçue par Naandeyeah et photos avec l’aimable autorisation de Women’s Fund Fiji.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.