Les femmes adivasis des forêts touchées par l’exploitation minière disent « non » au charbon


Points forts de l’histoire

  • Depuis le début des années 1990, les mines de charbon se sont multipliées autour des communautés adivasi ou autochtones de l’État indien du Chhattisgarh sans leur consentement, ce qui a eu des répercussions sur leurs moyens de subsistance, leur relation avec leurs forêts et leur santé.
  • Savita Rath, une militante locale des droits de l’homme au sein du réseau GAGGA, travaille directement avec les femmes des villages touchés par l’exploitation minière afin de renforcer leurs capacités et de protéger leurs ressources naturelles, de s’engager auprès des médias et de dire « non » à l’exploitation minière sur leurs terres.
  • Depuis 2008, Savita et les femmes adivasi locales ont été à l’avant-garde des manifestations annuelles pacifiques auxquelles participent des centaines de villages de Raigarh pour protéger leurs terres contre les impacts irresponsables de l’exploitation minière sur les femmes de la région.

___________________________________________________

Nous sommes le feu, pas la fleurnous sommes les femmes de Chhattisgarh.” 

Ce sont les chants des femmes qui ont été à l’avant-garde des manifestations annuelles dans l’État du Chhattisgarh. Depuis le début des années 1990, les mines de charbon, les centrales électriques, les lavoirs et les décharges de cendres de charbon se sont multipliés autour de leurs communautés dans l’une des régions les plus riches en biodiversité, détruisant la forêt dont elles dépendent, noircissant leurs cultures et leurs sols et remplissant leurs maisons de fumées de charbon âcres.

Des terres autrefois couvertes de forêts ont été découpées en fractions vendables, un paysage lunaire béant et sombre résonnant des bruits des camions qui chargent, déchargent et transportent le charbon devant les bâtiments noircis du village de Gare à Raigarh, le cœur du district houiller de Chhattisgarh. Certains villages de la région se trouvent à seulement 80 mètres des puits de charbon en feu et des sites de dynamitage. « Il s’agit d’une zone dominée par les Adivasis [autochtones] », a déclaré Savita Rath, une militante des droits de l’homme de l’organisation communautaire Jan Chetna Manch, qui fait également partie du réseau Global Alliance for Green and Gender Action (GAGGA). “Les Adivasis d’ici gagnent leur vie principalement de trois manières :  l’agriculture, la conservation de la forêt et l’élevage d’animaux. Ces trois activités sont touchées. »

Dix-neuf districts de Chhattisgarh, dont certaines parties de Raigarh, sont couverts par la loi sur l’extension des Panchayats aux zones répertoriées (PESA), un texte de loi national destiné à étendre l’autonomie aux zones tribales et à protéger leurs droits sur les terres, l’eau et les forêts. Un grand nombre de lois nationales et internationales relatives aux droits humains exigent des autorités indiennes qu’elles consultent les communautés adivasis et, dans certains cas, qu’elles obtiennent leur consentement par le biais d’assemblées générales ou de Gram Sabhas avant d’acquérir des terres ou d’exploiter des mines, mais ces exigences sont régulièrement bafouées en raison d’une mauvaise application et de lois faibles et contradictoires. De plus, les discussions et les transactions concernant les ressources et les terres traditionnelles excluent les femmes Adivasi et se font entre le chef de famille patriarcal et les représentants de l’État ou des entreprises.

Le secteur du charbon est une source majeure de revenus pour les États indiens et le gouvernement central. L’un après l’autre, des projets gouvernementaux à grande échelle et des entreprises privées comme le groupe Adani ont acquis des terres par la force dans l’État du Chhattisgarh ; ils ont promis le développement – de meilleures possibilités de subsistance, des établissements d’enseignement et de santé – mais sans informer ni consulter véritablement les communautés locales. Au contraire, les violations des droits des communautés Adivasi à la consultation et au consentement – concernant l’acquisition et l’utilisation des terres, les impacts environnementaux et l’autogestion autochtone – ont eu de graves répercussions sur leur vie, leurs moyens de subsistance et leurs relations avec leurs forêts.

Photo de Makarand Purohit sous licence CC BY-NC-SA 2.0.

En Inde, le charbon est roi

Environ 70 % du charbon indien se trouve dans les États du centre et de l’est de Chhattisgarh, Jharkhand et Odisha, où vit près d’un quart de la population adivasi. Chhattisgarh compte 12 % des forêts indiennes et son district de Raigarh est particulièrement riche en réserves de charbon. Il est devenu une plaque tournante de l’énergie depuis la fin des années 1990, abritant 17 mines de charbon et 13 centrales thermiques.

Cette année encore, le gouvernement a lancé la plus grande vente aux enchères de mines de charbon jamais organisée dans le pays afin d’attirer les investissements nécessaires à son redressement après les retombées économiques de la pandémie de COVID-19. L’Inde retarde également la mise en œuvre des réglementations en matière de pollution pour les usines de charbon tout en permettant à certaines de ses usines les plus anciennes et les plus polluantes de rester ouvertes . Cela contribue à faire de l’Inde  le deuxième pays producteur et consommateur de charbon au monde et le troisième émetteur de gaz à effet de serre ; le charbon fournit toujours environ 65 % de l’électricité du pays.

L’impact des mines de charbon

Alors que l’Inde a connu des pluies de mousson plus erratiques cette année, les experts affirment que les épisodes de fortes pluies ont été multipliés par trois depuis 1950. Cependant, les précipitations totales ont diminué et au moins un milliard de personnes dans ce pays d’Asie du Sud sont actuellement confrontées à une grave pénurie d’eau pendant au moins un mois par an.

Savita Rath a déclaré que la saison de la mousson avait été retardée et que les communautés craignaient que si la pluie ne tombait pas à temps, leurs cultures soient perdues. En plus de ce stress climatique, les impacts plus directs des mines de charbon locales ont considérablement réduit le rendement des cultures et des produits forestiers dont les communautés dépendent pour leur subsistance et pour organiser les mariages et les festivités. Les femmes locales jouent un rôle important dans ces activités qui sont en grande partie invisibles et non rémunérées. Elles sont désormais contraintes de travailler comme salariées journalières puisqu’elles perdent l’accès à leurs terres et à leurs ressources. Il est alarmant de constater que de nombreuses femmes ont été victimes de harcèlement sexuel de la part de mineurs venus d’autres régions du pays.

Débouté par les organismes locaux de protection de l’environnement, un village a publié un rapport évaluant ses propres répercussions sur la santé. Il a constaté que l’air, l’eau et le sol des villages proches des mines étaient gravement contaminés par des métaux lourds toxiques, dont beaucoup sont connus pour être cancérigènes. Les villageois locaux affirment que des habitants sont morts de maladies respiratoires et ont développé une multitude d’autres affections.

Raigarh, qui était autrefois riche en ressources hydriques, est également confrontée à une grave crise de l’eau. La rivière Kelo, qui fait partie du réseau de rivières et de ruisseaux qui entretiennent les forêts et dont dépendent 250 villages, est tellement polluée par les déchets miniers qu’elle est devenue noire. Sur les 116 villages du bloc de Tamnar, au moins 90 villages sont confrontés à un grave épuisement des eaux souterraines.

Photo de Makarand Purohit sous licence CC BY-NC-SA 2.0.

Les femmes de Raigarh et leurs communautés se défendent

L’organisation de Savita, Jan Chetna Manch, soutient directement les communautés adivasi par le biais d’une formation au niveau de la base, d’une mobilisation et d’une sensibilisation aux droits constitutionnels, aux questions de santé au travail, aux droits forestiers et aux droits de subsistance, notamment en faisant campagne pour le droit des femmes à l’emploi, à la réhabilitation et au droit de dire non. Elle est également membre de Women in Action on Mining in Asia,  un réseau collaboratif de femmes concernées et d’organisations de la société civile d’Asie travaillant sur les droits des femmes autochtones dans les zones minières (dont beaucoup sont également des partenaires de la GAGGA), où elle partage des cas de violations dans sa région.

En plus de mener un dialogue constant avec le gouvernement et d’utiliser les médias sociaux, les médias traditionnels, les audiences publiques et d’autres outils de défense juridique dans son travail d’activisme, Savita a également joué un grand rôle dans le lancement du « Koyla Satyagraha », une manifestation annuelle pacifique à laquelle participent des centaines de villageois à Raigarh pour le droit de prendre des décisions concernant leurs terres et leurs forêts contre l’exploitation minière non durable. Les femmes, en particulier, parcourent de longues distances et se présentent en grand nombre pour participer. Ces manifestations s’inspirent de la philosophie au cœur du mouvement non violent du Mahatma Gandhi contre le régime colonial britannique.

Le « Koyla Satyagraha » à Raigarh a commencé en janvier 2008 lorsque la société Jindal Steel and Power a tenu une audience publique obligatoire concernant son projet d’acquisition de 1 200 hectares et de cinq villages voisins pour l’exploitation minière, y compris un site religieux, un lieu de crémation, un étang et le chemin principal du village – une condition essentielle pour obtenir une autorisation environnementale. Les communautés concernées n’ont pas eu connaissance de l’audience au préalable et les autorités du district ont fait intervenir des personnes extérieures dans le cadre d’une procédure qui n’a respecté aucune règle, ce qui a conduit les résidents locaux à protester. La police a chargé la foule, ce qui, selon différentes sources, a fait 22 blessés graves et jusqu’à 200 blessés.

La force du mouvement de leur région est largement due au leadership des femmes qui ont joué un rôle clé dans la mobilisation de leurs communautés. Les femmes vivant dans les villages qui seraient touchés par les nouvelles ventes aux enchères de charbon ont participé à des ateliers de renforcement des capacités, couvrant les aspects techniques des évaluations de l’impact sur l’environnement, de la loi sur les droits forestiers, de la loi sur le droit à l’information et des fondations minières de district (ou DMF, destinées à reverser un pourcentage des revenus miniers aux communautés touchées). Selon la loi PESA, dans les zones tribales, toute personne âgée de plus de 18 ans dans le village doit donner son consentement pour qu’un projet de développement puisse aller de l’avant.  Les impacts négatifs de l’extraction du charbon subis par les femmes vivant à proximité les ont incitées à dire fermement « non » aux nouvelles mines.

Malgré un rapport d’évaluation de l’impact environnemental défectueux, Jindal Steel and Power a reçu l’autorisation environnementale et Jan Chetna a déposé une pétition avec d’autres organisations, ce qui a conduit la Cour suprême indienne à annuler l’attribution de 214 mines de charbon privées, en déclarant que l’ensemble du processus par lequel les blocs de charbon ont été attribués à des acteurs privés était arbitraire et illégal.

Aujourd’hui, Savita et les femmes avec lesquelles elle travaille sont toujours en dialogue avec le gouvernement concernant les cas d’exploitation de charbon, mais elles orientent également leurs efforts vers la régénération de leurs terres en créant des pépinières, en plantant des arbres, en collectant des graines, en améliorant les connaissances juridiques et techniques des communautés locales et en plaidant auprès du gouvernement sur les mesures à prendre pour lutter contre le changement climatique – en promouvant des alternatives locales pour l’action climatique et en affirmant leurs droits constitutionnels et coutumiers sur leurs terres et leurs forêts.

 

Photo ci-dessus de Makarand Purohit sous licence CC BY-NC-SA 2.0.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.