“Les femmes autochtones handicapées ne sont pas seulement des victimes, mais nous sommes la clé des solutions climatiques”


Je m’appelle Pratima Gurung et, en tant que femme autochtone handicapée originaire d’une région vallonnée de l’ouest du Népal, j’ai une expérience intime et directe des effets du changement climatique dans mon pays. Le Népal est classé quatrième pays du monde le plus vulnérable au changement climatique, avec plus de 80% de la population exposée au risque de dangers naturels tels que les tremblements de terre, les sécheresses, les inondations, les glissements de terrain, les températures extrêmes et les crues des lacs glaciaires. L’augmentation de ces impacts climatiques menace la vie et les moyens de subsistance des Népalais, en particulier ceux des femmes, des populations autochtones et des personnes handicapées.

Je suis également militante et présidente de la National Indigenous Disabled Women Association Nepal (NIDWAN Nepal) et secrétaire générale du comité directeur du Réseau mondial des peuples autochtones handicapés. Une étude menée par NIDWAN intitulée « Impacts du changement climatique sur les femmes indigènes handicapées » montre que les femmes et les filles sont les plus vulnérables à la crise climatique. Toutefois, compte tenu de leur contribution à l’agriculture népalaise et de leur rôle de gardiennes des ressources naturelles comme l’eau et le bois de chauffage, les femmes autochtones et les femmes handicapées ont des connaissances et des propositions cruciales à apporter dans les discussions sur la lutte contre la crise climatique, mais elles sont exclues de ces espaces de décision.

Notre étude a également mis en lumière les réalités du changement climatique sur le terrain auxquelles sont confrontés les peuples autochtones, les femmes handicapées et leurs familles. La majorité des peuples autochtones du Népal, y compris les femmes handicapées, sont des agriculteurs et dépendent toujours des forêts pour leur subsistance ; ils entretiennent une relation symbiotique avec la forêt et les ressources naturelles. La gestion durable des forêts et de la biodiversité fait partie intégrante de leur identité distincte et de leurs pratiques coutumières, et c’est une pratique qu’ils transmettent aux générations futures.

Les recherches menées par NIDWAN et d’autres organisations montrent que la plupart des peuples autochtones qui résident sur leurs terres ancestrales sont déplacés au nom du développement, en raison de politiques et de projets menés par l’État, tels que les barrages hydroélectriques, l’expansion des routes et les industries extractives. Ils n’ont plus accès aux terres, aux forêts et aux ressources en eau, ce qui a un impact direct sur leur vie et leurs moyens de subsistance. L’État ne soutient pas les pratiques coutumières et les moyens de subsistance traditionnels des peuples autochtones, ce qui contraint de nombreux peuples autochtones à abandonner leur mode de vie traditionnel.

En outre, les fréquentes sécheresses et inondations liées au changement climatique aggravent la situation en endommageant l’agriculture locale. Dans les hautes montagnes, les graines de certaines espèces de pommes de terre et de sarrasin ne sont plus disponibles. Les ressources en eau se sont taries et les terres agricoles sont devenues infertiles, ce qui réduit la productivité des terres et a un impact direct sur la vie des populations autochtones et des personnes handicapées.

Dans une étude de cas, la mère d’une fillette autochtone souffrant d’un handicap mental à Kavre, un district proche de Katmandou, a rencontré des difficultés pour fournir à sa fille les aliments nutritifs et l’eau en quantité suffisante nécessaires à sa santé et à son hygiène. La mère doit faire deux heures de route chaque jour pour aller chercher et ramener de l’eau à la maison, tout en craignant que quelque chose n’arrive à sa fille pendant son absence. En raison du manque d’accès à l’eau et aux ressources forestières, il lui est également difficile de fabriquer et de vendre de l’alcool traditionnel afin de subvenir aux besoins de sa fille et de sa famille.

Tous ces impacts du changement climatique me touchent, moi et mes communautés, directement et indirectement en tant que femme, en tant qu’autochtone et en tant que femme handicapée. Les femmes autochtones handicapées, individuellement et collectivement sont confrontées à des obstacles liés à l’accessibilité et aux attitudes pour participer à la société et à la prise de décision. Parce que nous sommes minoritaires en termes de sexe, de capacités et d’identité ethnique, nous sommes confrontées à de multiples formes de discrimination dues aux normes culturelles, à l’oppression historique, aux lois et à la religion. En conséquence, nous sommes surreprésentées parmi les personnes vivant dans la pauvreté absolue et notre accès aux ressources et notre capacité à exercer nos droits de manière significative sont limités.

Bien que les peuples autochtones protègent 80 % de la biodiversité de la Terre — tout en étant les plus vulnérables aux impacts du changement climatique — nous ne sommes pas suffisamment représentés dans les discussions sur le changement climatique, notamment sur les questions liées aux pertes et dommages, à l’adaptation et à l’atténuation. Le rôle des femmes, des femmes autochtones et des femmes autochtones handicapées en tant que actrices et agentes du changement est crucial. Nous ne sommes pas seulement des victimes mais nous sommes la clé des solutions, ce qui doit être réalisé dans les politiques et les plans climatiques avec une mise en œuvre concrète. Les parties prenantes telles que les États, les agences de l’ONU, les partenaires de développement et les OSC qui travaillent sur la justice climatique doivent écouter les voix des groupes sociaux aux identités multiples, comme les femmes autochtones et les femmes autochtones handicapées, qui savent comment se battre et défendre leurs droits. Ces parties prenantes doivent encourager les femmes ambitieuses qui ne perdront pas de vue l’essentiel.

Je demande instamment que l’on soutienne davantage les femmes, les femmes autochtones et en particulier les femmes autochtones handicapées qui se trouvent au bas de la hiérarchie sociale au niveau communautaire. Il est temps de respecter, de promouvoir et de réaliser les connaissances, les traditions et les contributions des femmes autochtones à la préservation de notre planète et de les maintenir au centre des discussions sur le climat.

Il est temps de repenser la manière cloisonnée dont nous travaillons et de collaborer plutôt entre les mouvements – qu’il s’agisse de la lutte pour les droits des femmes, des personnes handicapées, des groupes ethniques ou autres – en reconnaissant les identités multiples et superposées de chaque individu. C’est le moment de se faire des alliés et de s’engager du niveau local au niveau mondial, et de fournir un financement à long terme qui tienne compte des propositions et des expériences vécues de groupes sociaux tels que les femmes autochtones handicapées. Nous devons agir pour remédier aux discriminations historiques par le biais de changements structurels en intégrant une approche intersectionnelle qui prend en compte le genre, la culture et le handicap, et qui déplace le pouvoir afin que le discours sur la justice climatique soit plus inclusif pour tous. Si nous parvenons collectivement à prendre ces mesures urgentes et nécessaires pour faire face à la crise climatique, nous pourrons garantir que personne ne sera laissé pour compte.

 

Mme Pratima Gurung est une militante universitaire de premier plan originaire du Népal. Pratima a contribué à faire entendre la voix des femmes, des peuples autochtones et des personnes handicapées qui n’ont pas voix au chapitre. Elle adopte une optique intersectionnelle dans son travail pour rapprocher les multiples identités marginalisées au Népal, en Asie et dans le monde. Mme Gurung est membre du corps enseignant du Padmakanya College de l’université de Tribhuvan. Elle est engagée dans la recherche et associe ses recherches universitaires à la défense des droits. Elle contribue également en tant qu’experte du Comité national d’orientation des personnes handicapées, formé par le Ministère des femmes, des enfants et des personnes âgées du gouvernement népalais. Pratima Gurung est membre fondateur et actuellement secrétaire générale du Réseau mondial des personnes handicapées autochtones (Indigenous Person with Disabilities Global Network – IPWDGN) et de l’Association nationale des femmes handicapées autochtones du Népal (Indigenous Disabled Women Association Nepal – NIDWAN), qui est également un partenaire de la GAGGA. Elle a donné l’exemple au Népal et en Asie sur la façon d’initier une collaboration entre les mouvements, une approche intersectionnelle entre les femmes, les peuples autochtones, les personnes handicapées et d’autres mouvements marginalisés, et un discours sur l’éducation inclusive, la justice environnementale et autres.  

 

Image en vedette conçue par Naandeyeah et photos avec l’aimable autorisation de NIDWAN Nepal.


Related Post

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

Que fait exactement la GAGGA ? Découvrez-le dans cette nouvelle animation

Les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier travaillent déjà à des solutions climatiques…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.