Faire face à l’urgence climatique: Une crise que nous n’avons pas provoquée


Mon nom est Sofía Gutiérrez et j’ai grandi dans le contexte d’un conflit armé. En Colombie, la vie a continué alors que la violence augmentait. Mes histoires pour m’endormir étaient celles de ma grand-mère qui me racontait comment elle et sa famille avaient dû fuir la violence dans les campagnes. Lorsqu’ils apprenaient que les personnes qui restaient étaient tuées, ils grandissaient dans la peur mais avaient toujours envie de changement et de lutte pour la justice.

Mais il ne s’agissait pas seulement d’histoires ; ce sont les réalités vécues par les habitants des zones les plus vulnérables de Colombie, où les gens n’ont pas le temps d’avoir peur parce qu’ils doivent se battre. Ils doivent arrêter la destruction de leurs communautés par l’extractivisme et la guerre en même temps.

La Colombie est le pays le plus dangereux au monde si vous vous souciez de l’environnement ; l’année dernière, 65 défenseurs de l’environnement ont été tués. Chaque jour, les dirigeants mondiaux, les banques et les entreprises ignorent ce que vivent les personnes et les zones les plus touchées (MAPA) tant que cela ne les affecte pas directement.

Cela nous amène à une réflexion fondamentale : les personnes et les zones les plus touchées sont toujours laissées pour compte. Principalement parce que le modèle économique ne nous considère pas comme dignes des droits humains fondamentaux. Le Sud global est confronté à la crise climatique depuis longtemps ; ce n’est pas nouveau pour nous.

Les bases de la crise climatique ont été posées à l’époque de la colonisation. Avec le colonialisme, il y a eu une exploitation massive de la terre et un génocide, le meurtre de la sagesse indigène. La croyance générale était que notre pays et notre peuple avaient été donnés en cadeau aux dirigeants coloniaux afin qu’ils puissent satisfaire leurs besoins sans restriction. Ils ont complètement ignoré l’idée du caractère sacré et de la préservation des ressources naturelles.

De ce fait, nous pouvons encore observer dans notre vie quotidienne les dynamiques de consommation accélérée et d’extractivisme qui sont toujours en cours pour stimuler l’économie du Nord global. Dans cette optique, il est important de reconnaître que les pays anciennement colonisés émettent moins de gaz à effet de serre. Nous ne sommes que les fournisseurs de ressources des exploiteurs, mais nous sommes toujours confrontés aux pires conséquences de la crise climatique – une crise que nous n’avons pas provoquée.

La prochaine étape nécessaire ? Arrêter de financer les énergies fossiles et mettre en œuvre une transition énergétique juste.

C’est ce que je pousse à faire dans mon travail d’activisme. Ce n’est qu’en août 2019, alors qu’une partie de la forêt tropicale de mon pays était incendiée, que j’ai trouvé refuge dans l’activisme climatique. En m’impliquant davantage dans le mouvement climatique, j’ai réalisé l’ampleur de la relation entre le changement climatique et la justice sociale, car j’ai pu écouter directement les personnes qui ont subi les impacts du changement climatique dans mon pays. Dans ma famille, nous attendions toujours de voir si les pluies de la saison des pluies allaient noyer ma maison.

J’ai commencé à comprendre que mon pays ne pouvait pas avancer en matière d’environnement si nous n’avions pas accès à l’éducation et à l’information sur la manière de protéger correctement nos territoires et d’aider ceux qui sont en première ligne à le faire avec des outils juridiques. J’ai eu la chance de participer à des dialogues nationaux avec mon gouvernement concernant le fracking, la déclaration d’urgence climatique et les questions d’éducation. En m’engageant en politique, j’ai travaillé avec mon gouvernement local et j’ai décidé de me battre pour l’accès à une éducation environnementale de qualité. Après un travail acharné aux côtés d’ONG, de citoyens et de défenseurs des droits de l’homme et de l’environnement, Bogota a déclaré l’urgence climatique au conseil municipal et la mairie a commencé à adopter des politiques plus écologiques.

Aujourd’hui, je fais partie d’une organisation de jeunesse appelée Pacto X el Clima. Nous avons commencé comme un mouvement de jeunesse et notre objectif principal était de donner du pouvoir aux jeunes dans les espaces de décision. Heureusement, ce qui a commencé avec 12 jeunes militants passionnés est devenu une ONG de jeunesse qui lutte contre la crise climatique avec différents projets, comme le programme d’éducation environnementale que j’ai créé.

Je crois que le changement commence par la connaissance et une partie de l’action climatique consiste à donner aux jeunes l’accès à l’information et à une éducation environnementale de qualité, comme un droit et non comme un privilège. Lorsque les gens ont accès à l’information et aux conditions environnementales appropriées pour apprendre, cela signifie un défenseur de plus de la justice sociale et climatique dans le monde. Il est de notre devoir, en tant que militants et personnes ayant accès à l’éducation, de contribuer à l’égalité des autres afin qu’ils puissent bénéficier des mêmes opportunités que nous. Pour les jeunes qui vivent dans les régions les plus dangereuses de Colombie et du monde, l’action climatique ne doit pas signifier mettre leur vie en danger pour défendre les droits de l’homme.

Depuis 2019, j’enseigne des ateliers sur la façon d’agir et d’aider les autres à agir sur la crise climatique à différents publics (en particulier les jeunes), y compris des entités gouvernementales et des ONG. Avec mon activisme, j’ai hâte d’apporter un changement dans la société dans laquelle je vis et, avec cela, d’en faire un monde meilleur. C’est pourquoi j’ai rejoint les Vendredis pour l’avenir — pour que l’histoire de mon pays ne continue pas à être oubliée lorsque des décisions et des politiques mondiales majeures sont prises, et pour que ceux qui sont en première ligne ne soient plus réduits au silence.

 

Sofía Gutiérrez est une militante colombienne pour le climat qui travaille avec Pacto X el Clima et Fridays For Future MAPA. Vous pouvez consulter le récent discours de Sofía en vue de la COP26 lors d’une grève climatique en Suède ici.

Image en vedette conçue par Naandeyeah et photos avec l’aimable autorisation de Sofía Gutiérrez.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.