La lutte pour conserver notre qualité de vie


Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent.

Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé rendawa sé rera Maloquinha em Nazaré no paranã Madeira. Je m’appelle Márcia Mura. Mon peuple est les Mura, mon village est Maloquinha dans le district de Nazaré sur la rivière Madeira, dans l’état de Rondônia au Brésil.

La dernière fois que je suis allée à Nazaré, j’avais dix ans. C’était la saison des inondations et je sautais dans l’eau avec mes cousins. Je me souviens de ce voyage où je suis allée pêcher avec ma tante et où elle prenait de l’eau de la rivière pour la boire ; elle filtrait l’eau boueuse dans un pot avec un chiffon propre. Je repense à ces souvenirs de l’époque où j’avais entre cinq et dix ans et où il était encore possible de boire l’eau de la rivière Madeira. Mais aujourd’hui, surtout depuis que les barrages hydroélectriques ont provoqué une grande inondation et contaminé les eaux souterraines, il n’est plus possible de boire l’eau de la rivière.

Autrefois, selon les anciens, les petits animaux ressemblant à des lézards ne frayaient qu’à une certaine période de l’année, lorsque l’eau ne les atteignait pas. Maintenant que je commence à faire attention, je me rends compte que l’eau atteint maintenant les petits œufs de lézard blancs collés aux piliers des maisons et des arbres. L’oiseau qui avait l’habitude de chanter pour avertir de la montée et de la descente des eaux continue à chanter, mais les eaux montent avant et descendent après leurs heures habituelles. De même, la flore et la faune de l’environnement n’indiquent plus les périodes d’inondation et de sécheresse, de plantation et de récolte. Aujourd’hui, les barrages hydroélectriques déterminent tout cela.

Ces interférences avec le fleuve ont causé plusieurs problèmes pour les territoires des communautés locales et des territoires autochtones – même les pluies sont différentes. À l’instar de Nazaré, d’autres communautés riveraines et villages situés sur les rives du fleuve Madeira sont privés d’eau potable. L’accès à l’eau est difficile pendant la sécheresse et même s’il y a beaucoup d’eau pendant la saison des pluies, elle n’est pas potable. La navigation fluviale devient également plus difficile car, pendant la saison sèche, le fleuve est trop sec, laissant apparaître des plages qui n’existaient pas.

Fin septembre, je me suis rendue dans la ville d’Uruapeara, dans l’État d’Amazonas, en empruntant une ancienne route utilisée par les ancêtres des Mura. Je suis allé chercher ma mère, qui restaure un bosquet de noix du Brésil datant de l’époque de mon arrière-arrière-grand-mère. Il faisait très chaud dans les hauteurs et même sur les rives du lac voisin, puis il y a eu une forte pluie. Observant cela, j’ai demandé à ma mère : « Mère, le mois d’août n’était-il pas celui de la chaleur des jaguars et des orages ? » Elle répondit : « C’était le cas autrefois ! Maintenant, les pluies se sont déplacées au mois de septembre. »

C’est ainsi que nous ressentons le changement climatique et faisons l’expérience des inondations, des tempêtes hors saison et de la chaleur, même en étant dans les parties supérieures des lacs et des forêts. Nous savons tous que cela est dû en grande partie à l’impact des incendies criminels, à la déforestation et à l’interférence des rivières causée par les barrages hydroélectriques. En général, le territoire ancestral des peuples autochtones est constamment réduit et envahi par les agriculteurs, les bûcherons, les mineurs et les incendies ; notre territoire Mura est rendu invisible sur les cartes officielles de l’État.

Nous devons essayer d’inverser ces effets négatifs sur l’environnement et le climat, comme le dit Ailton Krenak, militant des droits des autochtones et de l’environnement, et trouver des moyens de retarder la fin du monde. Dans cette perspective, le collectif Mura s’efforce de renforcer les communautés traditionnelles sur les rives du fleuve Madeira pour faire face aux projets de développement que les gouvernements imposent sans tenir compte de nos vies. Le gouvernement déclare que ces projets nous apporteront un tel progrès, mais en fait, ils ne nous apportent que la mort des rivières, des poissons et de l’environnement tout entier. Notre action principale se concentre sur notre déclaration Mura :

Nous déclarons que la municipalité de Porto Velho est, avant tout, un territoire Mura. Nous travaillons à renforcer nos racines en tirant les fils de la mémoire ancestrale, et nous luttons pour la reconnaissance et la reconstruction de la mémoire et de l’histoire autochtones de la rivière Madeira. Malgré les défis, nous continuons à défendre l’ensemble de l’environnement dont nous faisons partie, ainsi qu’à lutter pour conserver notre qualité de vie.

Nous sommes en train de récupérer la rivière Madeira et ce sont les femmes qui sont à l’avant de cette résistance. Tant qu’il y aura une Mura sur cette rivière Madeira pour crier et se battre, il y aura une résistance Mura. Sinon, notre Amazonie –  qui est le poumon du monde – ne tiendra pas longtemps.

 

Marcia Mura écrit au nom du collectif autochtone Mura, formé par des personnes qui récupèrent le fleuve Madeira. Leur objectif est de renforcer l’identité et la mémoire ancestrale du peuple Mura à Porto Velho et des communautés riveraines du fleuve Madeira ; de promouvoir des actions avec la communauté locale pour la reconnaissance de la « manière d’être autochtone » ; de participer aux mouvements autochtones régionaux et nationaux qui luttent pour les droits sociaux et environnementaux ; de renforcer les processus de production créatifs et traditionnels pour assurer la génération de revenus locaux ; et de promouvoir des actions qui contribuent à la coexistence dans le biome amazonien et à la lutte contre le changement climatique.

 

Image en vedette conçue par Naandeyeah et photos avec l’aimable autorisation de Mídia NINJA


Related Post

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

Que fait exactement la GAGGA ? Découvrez-le dans cette nouvelle animation

Les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier travaillent déjà à des solutions climatiques…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.