Les femmes du Chaco bolivien proposent des lois municipales pour résoudre la crise de l’eau


Les zones rurales de Bolivie sont principalement habitées par des populations autochtones. Les régions où sont exploitées les hydrocarbures chevauchent souvent les terres autochtones. Les peuples autochtones du pays sont confrontés à une intensification de l’extraction des ressources sur leurs territoires, un processus qui dégrade leurs écosystèmes tout en sapant leurs droits territoriaux et leur accès aux ressources naturelles.

Le Gran Chaco bolivien est une région située dans le sud-est du pays, caractérisée par une forêt sèche se transformant en forêt broussailleuse, où les températures extrêmes, la sécheresse prolongée et la pénurie d’eau sont la norme. Les terres du Gran Chaco produisent plus de 60 % du gaz que la Bolivie exporte, ce qui constitue la principale source de revenus du pays. En conséquence, le gouvernement bolivien a souvent choisi de faire passer l’extraction du gaz naturel et du pétrole avant la protection des populations autochtones et de leurs terres dans l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique.

Photo: CCIMCAT

En période de sécheresse, le bétail et les cultures meurent en raison du manque d’eau, ce qui affecte les moyens de subsistance des communautés du Gran Chaco. Les impacts liés au changement climatique – hausse des températures et allongement des saisons sèches – ne font qu’aggraver la situation, tandis que l’exploitation des hydrocarbures contamine et épuise les sources d’eau des communautés. La division traditionnelle des tâches ménagères en fonction du sexe signifie que ce sont les femmes qui doivent transporter l’eau sur de longues distances en plus de leurs tâches ménagères et communautaires quotidiennes, ce qui crée une double ou triple journée de travail pour les femmes de la communauté.

Les gouvernements régionaux, départementaux et municipaux du Gran Chaco sont riches en ressources économiques, mais au lieu de donner la priorité aux politiques visant à résoudre la crise de l’eau qui affecte grandement les familles autochtones et rurales, leur approche est celle de l’exploitation. Il n’existe aucune politique pour limiter ou réglementer l’exploitation des hydrocarbures, ni aucune politique concernant l’utilisation, la préservation, la gestion et la conservation des sources d’eau. En période de sécheresse extrême, la réponse de l’État est plus réactive que préventive.

Préoccupées par la manière dont la contamination et la rareté de l’eau les affectent de manière disproportionnée en tant que femmes, les travailleuses rurales « campesina », les femmes Autochtones et les femmes des quartiers populaires urbains de la région se sont réunies pour travailler sur les propositions municipales d’un plan de gestion des risques. Ce plan suit une approche préventive et a été élaboré avec la participation de la société civile. Les femmes ont envoyé la proposition aux autorités, qui ont alloué un budget pour un ou deux aspects du plan sans l’assumer pleinement.

Photo: CCIMCAT

Le groupe de femmes a également découvert les systèmes de collecte des eaux de pluie dans la région du Chaco américain et a apporté cette idée en Bolivie comme moyen de stocker l’eau pendant la sécheresse. Sur la base de cette expérience, les femmes ont travaillé sur une proposition de politique municipale pour répondre à la crise du COVID-19, ce qui leur a donné l’occasion de faire avancer leur programme en matière d’eau. La proposition prévoyait la fourniture de systèmes de collecte des eaux de pluie par famille afin qu’elles puissent entretenir leurs jardins familiaux et planter des arbres. Les femmes ont également ouvert des espaces locaux, départementaux, nationaux et régionaux de débat et de plaidoyer pour répondre à la crise de l’eau et planifier des actions communes.

Les femmes continuent à travailler sur des agendas visant à consolider la pleine participation politique avec parité et sans harcèlement ni violence politique ; à garantir l’autonomie économique, l’accès aux ressources, la production agro-écologique, la reconnaissance du travail de soins et les politiques d’égalité des soins ; à s’attaquer à la violence sexiste structurelle, avec autonomie sur le corps des femmes, prévention et accès à la justice ; et à développer des programmes qui facilitent l’adaptation au changement climatique avec des alternatives pour la subsistance et l’harmonisation avec les écosystèmes, les systèmes de production durables et l’éradication de l’extrême pauvreté.

Ce groupe de femmes défenseures de l’environnement est soutenu par la CCIMCAT, qui fait partie du réseau GAGGA.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.