Les femmes du Mozambique mènent l’action climatique locale de l’intérieur


Points forts de l’histoire

  • Confrontées à des cyclones de catégorie 5, à une sécheresse prolongée et à des déplacements aux mains des multinationales minières et gazières, les femmes rurales du Mozambique et leurs communautés jouent un rôle actif et essentiel dans l’action climatique locale – montrant ainsi que les droits des femmes et la justice climatique sont intrinsèquement liés.
  • En tant que détentrices du savoir ancestral et responsables de l’eau et de la nourriture dans leurs communautés, les femmes rurales sauvent les pratiques traditionnelles pour répondre à l’insécurité alimentaire et aux pénuries d’eau avec le soutien de Livaningo, partenaire de la GAGGA.
  • Livaningo soutient diverses femmes pour qu’elles acquièrent, renforcent et échangent une variété de compétences et de connaissances, de la restauration des zones dégradées et des banques de semences soutenues par GAGGA à l’élaboration de plans d’action basés sur les besoins de la communauté et l’accès aux informations sur les droits légaux.

_____________________________________________________

Lorsque Taciana Gabriel, une agricultrice de 51 ans vivant à l’extérieur du village de Malema, dans le nord-est du Mozambique, a commencé à enduire ses cultures d’une concoction composée d’eucalyptus, de piments piri-piri, de tabac et d’ail, ses voisins ont cru qu’elle devenait folle. Avant de commencer à appliquer ces ingrédients locaux sur sa ferme, Taciana voyait ses arachides, ses haricots nhemba, son mapira et son manioc détruits par les parasites. Elle a alors rejoint une association de femmes et a appris à produire ce répulsif naturel contre les nuisibles lors d’une session avec Livaningo, la première organisation de défense de l’environnement légalement enregistrée au Mozambique et partenaire de l’Alliance globale pour l’action verte et de genre (GAGGA). Après avoir vu les résultats positifs, certains de ses voisins ont décidé d’essayer eux aussi – avec beaucoup de succès !

Livaningo a découvert que dans de nombreuses communautés rurales, les anciennes générations ne transmettaient pas leurs connaissances agricoles ancestrales et traditionnelles à la génération suivante, car elles souhaitaient que leurs enfants gravissent l’échelle sociale et évitent une vie dépendante des champs ou de la mer, une vie qu’elles considéraient comme pleine d’insécurité et de pauvreté. Confrontées à une sécheresse prolongée, nombre de ces communautés tentent aujourd’hui de sauver ces anciennes pratiques. Livaningo les aide à le faire en organisant des ateliers où les anciens du village apportent des graines et des céréales indigènes, réfléchissent à ce qu’eux-mêmes et leurs parents faisaient dans le passé. Ils échangent aussi leurs connaissances avec d’autres personnes au sein et en dehors de leur communauté. Parmi les pratiques que les communautés remettent au goût du jour, citons la création de banques de semences, le séchage des produits pour qu’ils durent plus longtemps et la fabrication de pesticides naturels et d’engrais organiques.

Les formations de Livaningo sur la conservation des semences et la distribution de matériel pour construire 20 banques de semences, soutenues par la GAGGA, amènent 400 femmes et leurs 1500 membres familiaux dans le nord-est du Mozambique à adopter des régimes alimentaires plus nutritifs et à augmenter leur variété de haricots, de maïs et d’autres cultures. L’organisation plaide également auprès du ministère mozambicain de l’agriculture pour qu’il reconnaisse l’agroécologie comme un moyen écologique et rentable de produire de la nourriture, qu’il promeuve la souveraineté alimentaire par le biais de semences indigènes, qu’il élabore des politiques stratégiques en matière de changement climatique en partant de la base plutôt que du sommet et qu’il crée un département spécifique pour les petits agriculteurs afin qu’ils puissent accéder aux intrants, aux financements et à l’assistance technique.

Crédit photo: Livaningo

« Les femmes sont celles qui possèdent les connaissances traditionnelles et ancestrales, celles qui savent quelles sont les bonnes semences », a déclaré Sheila Rafi, directrice exécutive de Livaningo. « En termes de changement climatique, les femmes sont vraiment des agents de changement dans l’atténuation et l’adaptation. En travaillant avec les hommes et les femmes, nous constatons que les femmes sont très engagées dans l’action climatique au Mozambique, qu’elles dirigent le processus [d’accès et de protection] de l’eau parce que, de génération en génération, ce sont elles qui ont la lourde tâche de parcourir de longues distances, de devoir voyager plus loin chaque année. Dans l’agriculture, ce sont elles qui ont un rôle important dans la sécurité alimentaire, la mise en œuvre d’alternatives et la réponse aux catastrophes naturelles. »

Les communautés rurales, qui constituent la majorité de la population mozambicaine, ont subi des hausses de température et des baisses de précipitations au cours de la dernière décennie, ce qui les a souvent laissées avec peu de récoltes. Ces impacts ont privé de nombreuses communautés d’eau, et les femmes d’une communauté du village de Nguvane, dans le sud du pays, ont déclaré devoir boire la même eau trouble que leur bétail, après avoir parcouru dix kilomètres par jour pour obtenir 40 litres d’eau, parfois jusqu’à quatre fois par jour.

Deux années de sécheresses successives dans certaines communautés du Mozambique ont augmenté la migration des hommes vers l’Afrique du Sud et d’autres endroits à la recherche d’un emploi, ce qui a considérablement accru le rôle des femmes dans le travail productif, comme le travail dans la pêche ou la fabrication de boissons alcoolisées. Cela accroît la charge des femmes, qui doivent consacrer du temps supplémentaire à des travaux productifs en plus des tâches domestiques qui leur sont assignées, tout en n’ayant aucun contrôle sur les ressources naturelles et les droits de propriété.

Mozambique : « Un endroit pour extraire tout ce dont le monde a besoin »

Le Mozambique se classe au 10e rang des pays les plus vulnérables aux risques de catastrophes naturelles, notamment les cyclones, les sécheresses et les inondations. En 2019, des cyclones de catégorie 5 consécutifs ont tué plus de 600 personnes, déplacé des millions de personnes dans la région et détruit 3 000 miles carrés de terres agricoles quelques semaines avant la récolte annuelle dans un pays où trois personnes sur quatre gagnent leur vie grâce à l’agriculture pluviale.

Au Mozambique, il est prouvé que la hausse des températures rend les cyclones plus forts et plus fréquents.

Depuis 2008, le pays connaît également une augmentation des investissements étrangers de la part de multinationales minières et gazières, comme Rio Tinto, Total et Vale, motivées par la découverte des vastes gisements de charbon et de gaz naturel au Mozambique. Les communautés qui vivaient près des mines dans la province de Tete, dans le pays, ont été déplacées et réinstallées. Elles ont été contraintes de s’installer dans des maisons en ruine, qui fuient, sans eau ni électricité, dans des champs stériles, et n’ont trouvé aucune perspective d’emploi, tandis que les villages proches des projets gaziers à Cabo Delgado ont également été réinstallés. Le président mozambicain, Filipe Nyusi, a déclaré que son gouvernement comptait tirer plus de 100 milliards de dollars américains des projets gaziers, en donnant la priorité à l’extraction des combustibles fossiles et au développement économique, au détriment des droits humains, d’une indemnisation adéquate et du consentement des communautés touchées.

« En 2008, tout est devenu chaotique en ce qui concerne la transformation de notre pays en un lieu d’extraction de tout ce dont le monde a besoin », a déclaré Sheila Rafi. « C’est un gros problème au Mozambique ; nous cherchons des solutions de l’extérieur sans consulter et entendre les gens qui ont des connaissances traditionnelles et des alternatives communautaires. Regardez l’Afrique du Sud – quand vous passez la frontière, vous pouvez voir [des hectares et des hectares plantés avec les mêmes cultures]. Pour [le gouvernement], c’est du développement. Pour nous, la même image signifie que ce n’est pas possible : où sont les gens ? Où sont les femmes et les enfants dans cette grande image de maïs et de haricots ? »

Crédit photo: Livaningo

Les femmes cherchent des solutions climatiques de l’intérieur

Afin de s’adapter aux impacts du changement climatique, les femmes des communautés du Mozambique ont acquis, renforcé et échangé diverses compétences et connaissances grâce au soutien et aux ateliers sur mesure de Livaningo : utilisation de fourneaux améliorés pour réduire l’utilisation de l’énergie de la biomasse et la déforestation, systèmes d’alerte météorologique communautaires, restauration des zones dégradées et protection de la forêt indigène, pratiques culturales pour faire pousser différentes cultures sur la même parcelle, utilisation de la technologie locale pour faire des canaux d’eau, et développement de plans d’action concernant la gestion des risques de catastrophes. Les femmes qui participent à ces programmes partagent ensuite ces connaissances avec d’autres membres de leur communauté, ce qui permet de diffuser des pratiques résistantes au climat au-delà de leur village.

Sheila observe que de nombreuses femmes des communautés touchées sont désormais auto-organisées et capables de défendre leurs droits relatifs à l’accès et au contrôle de leurs terres, ressources et forêts. Elles entretiennent le dialogue et participent aux processus au niveau du district, posent des questions et font référence à leurs droits dans la constitution. Lorsque Livaningo transfère entièrement les projets aux mains de la communauté, certains villages continuent à surveiller l’exploitation de l’environnement et à maintenir des processus participatifs internes forts.

En tant que détentrices du savoir ancestral et responsables de l’eau et de la nourriture dans leurs communautés, les femmes rurales du Mozambique jouent un rôle actif et essentiel dans l’action climatique locale. Qu’il s’agisse de faire revivre d’anciennes pratiques agricoles ou d’adopter de nouvelles technologies à haut rendement énergétique, les femmes que Livaningo soutient montrent comment trouver et mettre en œuvre des solutions climatiques de l’intérieur dans un pays qui a longtemps cherché un soutien extérieur.

 

Crédit photo ci-dessus: Livaningo


Related Post

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

Que fait exactement la GAGGA ? Découvrez-le dans cette nouvelle animation

Les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier travaillent déjà à des solutions climatiques…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.