Les femmes du Salvador handicapées de guerre revendiquent la souveraineté alimentaire


Points forts de l’histoire

  • Depuis 2019 le Fondo Centroamericano de Mujeres, organisation principale de GAGGA, soutient l’association salvadorienne ALGES pour renforcer le leadership des femmes dans les structures organisationnelles locales et le plaidoyer politique visant à garantir les droits des personnes handicapées de guerre. 
  • La majorité des femmes handicapées de guerre vivent dans des zones rurales qui sont vulnérables aux catastrophes résultant du changement climatique et, ces dernières années, ont perdu leurs récoltes à cause de la sécheresse et des pluies excessives.
  • L’ALGES a aidé ces femmes à s’organiser et les forme sur la façon de subvenir à leurs besoins grâce à l’agriculture biologique et à des cultures résistantes au climat.
  • Avec le soutien du GAGGA’s Autonomy and Resilience Fund (Fonds pour l’Autonomie et la Résilience de la GAGGA), les femmes d’ALGES ont continué à recevoir une formation, des semences et des engrais pour conserver leur souveraineté alimentaire pendant la pandémie. 

____________________________________________________________________________

Quand Olga Serrano grandissait au Salvador, les agriculteurs pouvaient s’attendre à ce que des pluies saisonnières tombent chaque année de mai à septembre. Mais ces dernières années, des pluies soudaines et intenses en dehors de la mousson et une sécheresse prolongée ont dévasté les récoltes de maïs et de haricots, laissant les agriculteurs – en particulier les femmes – dans la difficulté de mettre de la nourriture sur la table.

C’est une expérience que les femmes de l’Asociación de Lisiados de Guerra de El Salvador (Association des Handicapés de Guerre du Salvador ou l’ALGES en abrégé) ne connaissent que trop bien. Olga Serrano, la directrice exécutive d’ALGES, a déclaré que cela provoque un cycle de pertes ; les agriculteurs qui perdent leur récolte doivent emprunter de l’argent pour pouvoir semer à nouveau, mais perdent ensuite leur récolte l’année suivante en raison de conditions météorologiques de plus en plus extrêmes. Cela a contribué à ce qu’un grand nombre de migrants, principalement des hommes, quittent le pays, augmentant ainsi les responsabilités des femmes pour la subsistance et les soins de la famille.

L’ALGES a été créée pour veiller à ce que les droits des personnes handicapées de guerre soient respectés en vertu d’une loi qui leur garantit une compensation économique, des services de santé et des appareils qui favorisent la réadaptation physique. Depuis 2019, le Fondo Centroamericano de Mujeres, organisation principale de la GAGGA, soutient l’ALGES pour renforcer les efforts de défense politique de l’association ainsi que le leadership des femmes dans les structures organisationnelles locales. 

Crédit photo: ALGES

Le Couloir Sec

Les femmes d’ALGES ont traversé de nombreuses épreuves – en tant que soldats de la guerre civile salvadorienne et en tant que défenseurs et manifestantes luttant pour les droits qui leur ont été refusés. Mais depuis plusieurs années, elles doivent faire face à un autre défi : le changement climatique et son impact sur leurs communautés. 

Le Couloir Sec, une étendue de forêt tropicale sèche qui s’étend du Mexique au Panama, est l’une des régions du monde les plus vulnérables aux catastrophes résultant du changement climatique. Cette région est caractérisée par des régimes de précipitations irréguliers, où cinq années d’inondations récurrentes suivies de plusieurs mois de sécheresse ont eu des répercussions sur la sécurité alimentaire de 2,2 millions de personnes. Le Corridor Sec couvre presque entièrement le Salvador, qui est déjà considéré comme le pays d’Amérique centrale le plus soumis au stress hydrique. C’est dans ces zones sujettes à la sécheresse que l’ALGES soutient depuis 23 ans les personnes handicapées par la guerre civile du pays. 

Pour l’ALGES, l’organisation des femmes est la clé

Dans le cadre des accords de paix qui ont mis fin à la guerre de 12 ans, le gouvernement a distribué des terres aux anciens combattants. Malgré cela, 92 pourcents des anciens combattants handicapés du Salvador vivent dans de mauvaises conditions dans les zones rurales, dont la plupart sont vulnérables aux conditions climatiques extrêmes. 

Les programmes de réinsertion visant à réintégrer les anciens combattants dans la société ne tiennent généralement pas compte des besoins spécifiques des femmes et des enfants soldats, et notamment des femmes chefs de famille. Ces femmes ont été victimes de discrimination en matière d’accès à la terre et au crédit au niveau local, et ont déclaré avoir plus de difficultés que les hommes à obtenir une aide pour des activités productives. 

Incapables de survivre avec les petites pensions qu’elles reçoivent du gouvernement et avec des perspectives d’emploi limitées, de nombreuses femmes vétérans travaillent à la culture du maïs et des haricots. Au fil du temps, alors qu’elles subissaient la perte de leurs récoltes et de leurs moyens de subsistance en raison des effets du changement climatique, elles ont dû chercher des alternatives pour nourrir leur famille et gagner leur vie. 

« Avec le temps, nous avons découvert que nous, les femmes, devions nous organiser », a déclaré Olga. « Les femmes handicapées ont des besoins différents et supplémentaires par rapport aux autres femmes. Nous avons dû apprendre à survivre en créant d’autres sources de revenus et c’est ainsi que nous avons commencé à apprendre différentes façons de faire les choses. L’organisation est le secret de la survie et c’est pourquoi, lorsque nous rencontrons des difficultés, nous nous mettons immédiatement en relation les unes avec les autres« .


Olga Serrano, la directrice exécutive d’ALGES, est à droite. Crédit photo: ALGES.

ALGES trouve des alternatives pour faire face aux impacts du changement climatique

L’une des solutions d’ALGES consiste à former ses membres à la culture de jardins avec de petits systèmes d’irrigation et à la fabrication d’engrais organiques pour produire des aliments destinés à la fois à la consommation des ménages et à la vente. Au Salvador, on croit traditionnellement que seuls les hommes peuvent appliquer la science des cultures, mais chez l’ALGES, ce sont les femmes qui participent à ces formations. 

Les femmes d’ALGES ont participé à des échanges de connaissances et d’expériences avec des groupes de pays voisins pour apprendre comment ils pratiquent l’agriculture biologique. Etant donné que la préparation des engrais nécessite beaucoup de force physique pour pelleter des matériaux organiques, les femmes ont également été formées à l’utilisation de machines de labour qui ont permis d’économiser du temps et de l’énergie, et ont permis à un plus grand nombre de femmes handicapées de guerre de s’impliquer. 

Dans leurs jardins, vous pouvez trouver une collection variée de tomates, de choux, de piments et de concombres biologiques à côté de jeunes pousses de mangues et d’avocats. Les femmes essaient de s’adapter en apprenant à connaître des cultures résistantes au climat qui peuvent tolérer les stress environnementaux comme les pluies excessives ou le manque d’eau. S’il pleut en novembre et en décembre, elles s’adaptent et plantent les cultures appropriées qui nécessitent beaucoup d’eau et qui peuvent mûrir en peu de temps. 

« Ce n’est pas parce qu’il vous manque une jambe, un bras ou que vous êtes aveugle que vous ne pouvez pas être actif et contribuer », a déclaré Olga. « Nous ne sommes pas des mendiants, nous sommes des gens dotés de grandes compétences et capacités pour contribuer au développement de notre pays et au bien-être de la population – en particulier des plus démunis – et nous l’avons montré. Nous sommes des femmes avec des aptitudes, ayant la capacité d’avoir un impact sur les politiques nationales, et nous ne pouvons le faire que si nous sommes organisées ». 

Crédit photo: ALGES

Rebondir après la pandémie

L’ALGES a également acheté récemment une ferme afin de pouvoir fabriquer des engrais organiques à plus grande échelle et de cultiver des produits qui nécessitent plus de terres comme le café, les fèves de cacao, les plantains et les fruits citriques. En haut de la colline, il y a un réservoir d’eau utilisé pour la pisciculture et l’irrigation pendant la saison sèche. 

Avant la pandémie, l’ALGES avait prévu d’utiliser la ferme comme un site d’écotourisme où ses membres pourraient servir de guides. Mais comme dans le reste du monde, l’association a dû s’adapter. Au lieu de formations en personne, elle a préparé des documents à distribuer aux dirigeants de la communauté avec des directives sur la manière de cultiver efficacement des produits biologiques.

Les effets de la pandémie ont été aggravés par les destructions laissées par deux tempêtes en mai et juin, à savoir la tempête tropicale Amanda, considérée comme la catastrophe météorologique la plus dévastatrice du Salvador en 22 ans et qui a directement touché 150 000 personnes.  Dans ce contexte, l’ALGES a reçu une subvention du Fonds pour l’autonomie et la résilience* de la GAGGA, qui a permis à ses femmes membres de recevoir une formation, des semences et des engrais pour planter leurs cultures et conserver leur souveraineté alimentaire. 

Olga a déclaré que les effets de la COVID-19 et du changement climatique ont contribué à accroître les niveaux de pauvreté et de chômage parmi les femmes d’ALGES, mais qu’avec leur histoire et leur expérience, elles ont pu rebondir assez rapidement.

« Nous avons été renforcées par le travail de notre organisation », a déclaré Olga. « Nous ne devons pas désespérer. Nous travaillons ensemble, nous nous soutenons les unes les autres et nous continuons à le faire et à aller de l’avant parce que sinon, ce sera très difficile ». 

________________________________________________

Vous pouvez en savoir plus sur le travail d’ALGES sur leur site web, leur page Facebook et Twitter.

* Le GAGGA’s Autonomy and Resilience Fund (Fonds pour l’Autonomie et la Résilience de la GAGGA) a été créé pour soutenir les besoins urgents des femmes défenseurs de l’environnement et de leurs communautés pendant la pandémie, afin de renforcer les actions qui construisent leurs systèmes de résilience et d’autonomie communautaires. Il a été mis à la disposition des bénéficiaires actuels et passés des fonds pour les femmes et environnementales partenaires de GAGGA, ainsi que des ONG actuelles soutenues par GAGGA, et a reçu des demandes sur une base continue jusqu’au 15 juillet 2020. 

L’image ci-dessus provient d’ALGES.


Articles Similaires

Déclaration «We, Women are Water» sur la COVID-19

Au milieu de tant d’incertitudes, nous avons pu retrouver la valeur des liens, des soins collectifs et de la solidarité.…

En savoir plus

Chimpu Warmi dans le lac Poopó, Bolivie

Le lac Poopó, situé à Oruro, en Bolivie, est également connu sous le nom de «Mama Qhocha», symbole de reproduction…

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.