Les femmes Guapinol défient l’extractivisme minier au Honduras


La région de Colón au Honduras héberge 11 pour cent des concessions minières du pays. Début 2012, le gouvernement hondurien a décidé de créer le parc national de la Montaña de Botaderos dans la région de Guapinol. De nombreux cours d’eau prennent naissance dans cette zone, dont la rivière Guapinol, qui alimente en eau la communauté du même nom.

Un an après la création du parc national, la société hondurienne EMCO Mining Company – qui opère désormais sous le nom « Inversiones Los Pinares » – a demandé une concession pour une mine d’oxyde de fer dans la région. Sa demande a été autorisée par le gouvernement de Juan Orlando Hernández après avoir réduit la taille du parc national. Les activités d’exploration minière ont commencé et une usine de traitement a été construite, causant les premiers dommages aux biens naturels de la région, et en particulier, affectant la santé de l’écosystème aquatique.

Depuis lors, le Municipal Committee for the Defense of Common and Public Goods (Comité municipal de défense des biens communs et publics), composé de résidents de la communauté, d’associations locales de travailleurs ruraux «campesino» et de la communauté catholique, a mené un mouvement de résistance contre le projet. En 2018, ils ont commencé à mettre en œuvre des stratégies pour défendre la terre contre le projet d’extraction, y compris la mobilisation communautaire, les plaintes publiques et les poursuites judiciaires; citant dans leurs arguments toutes les irrégularités survenues dans les procédures d’octroi de la concession et de l’exploration minière, l’absence de consultation préalable libre et informée requise par la Convention 169 de l’International Labour Organization (ILO) (Organisation internationale du travail) et l’absence d’approche visant à la préservation des droits humains et environnementaux.

Fin août de la même année, ils ont organisé un camp de résistance pendant 88 jours, qui a abouti à une expulsion violente par le biais d’une opération policière et militaire. Cela a commencé par une campagne de persécution contre les dirigeants de la communauté, y compris des menaces et des tentatives pour discréditer les femmes leaders. Soixante-dix pour cent des participants au camp étaient des femmes.

À ce jour, deux défenseurs de la terre ont été assassinés. Trente-deux personnes ont été incriminées pour avoir défendu la terre – huit d’entre elles sont en prison accusées de crimes qu’elles n’ont pas commis, et les 24 autres font l’objet de mandats d’arrêt contre elles et sont en exil loin de la communauté et dans certains cas, en dehors du pays.

Depuis lors, ce sont surtout les femmes qui ont soutenu le mouvement de résistance, bien qu’elles n’aient pas reçu de reconnaissance publique en tant que défenseurs de l’environnement. Ils ont pris la défense de leurs terres, en suivant les processus juridiques et judiciaires, en assumant le leadership et en se prononçant contre le projet minier dans divers espaces politiques, ainsi qu’en organisant et en participant aux espaces décisionnels.

Des éléments de preuve ont été recueillis pour montrer la situation des défenseurs des terres privés de leur liberté, et des plaintes ont été déposées auprès de la Commission nationale des droits de l’homme et du Bureau du Secrétaire aux droits de l’homme pour violation des procédures régulières, démontrant les actes illégaux commis qui ont été détenus.

Les femmes réclament l’arrêt de ce projet extractif – et elles demandent également la reconnaissance du rôle qu’elles ont assumé en tant que défenseurs des biens publics communs de Guapinol, surtout depuis que leurs confrères ont été emprisonnés. Cela a accru leurs responsabilités envers leurs familles, leur communauté et la société, qu’ils continuent de défendre. Ils demandent également que le harcèlement cesse et qu’ils soient autorisés à exercer leur droit de réunion – un droit civil et politique qui a été constamment remis en question et violé, tant avant qu’après l’expulsion.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.