Les femmes Maya Ch’orti’ recouvrent leurs droits territoriaux et leur accès à l’eau


En bref :  Les institutions financières internationales telles que la Banque interaméricaine de développement continuent d’investir dans la fausse solution climatique que constitue la production de biocarburants, dont on sait depuis longtemps qu’elle augmente les émissions de gaz à effet de serre, menace l’approvisionnement alimentaire et déplace les communautés locales. Les femmes Maya Ch’orti’ et leurs communautés mettent en pratique les vraies solutions climatiques : gestion communautaire de l’eau et diversification des cultures pour s’adapter aux impacts du changement climatique.

La réalité actuelle : investissement dans la grande agro-industrie pour la production de biocarburants

Depuis 17 ans, le peuple Maya Ch’orti’ réclame la propriété des terres où lui et ses ancêtres ont vécu pendant des générations. Refuser aux Ch’orti les titres de propriété des terres communales revient à les priver d’accès à l’eau et de sécurité alimentaire. Une initiative qui prive les Ch’orti de leurs terres est l’expansion de la monoculture du jatropha, connu localement sous le nom de piñón, sur leur territoire pour la production d’éthanol. Les grandes entreprises de biocarburants monopolisent les ressources en eau et chassent les communautés locales de leurs terres.

Les plantations de canne à sucre, de jatropha et de palmier à huile en monoculture au Guatemala se développent en partie pour répondre à la demande européenne de biocarburant. Le biodiesel produit à partir de ces cultures a longtemps été considéré comme une énergie renouvelable prometteuse pour remplacer le diesel. Cependant, les chercheurs publient depuis des années des études prouvant que les biocarburants ne sont pas la solution climatique facile que les politiciens et les entreprises ont fait passer pour telle. Une étude réalisée par le chimiste Paul Crutzen, lauréat du prix Nobel en 2007 a révélé que la culture et la combustion de nombreux biocarburants augmentent les émissions de gaz à effet de serre au lieu de les réduire, sans compter les rapports selon lesquels les biocarburants menacent l’approvisionnement alimentaire et les moyens de subsistance des agriculteurs.

Le Guatemala est le quatrième exportateur mondial de sucre et produit environ  44% de l’éthanol de canne à sucre d’Amérique centrale. Les États-Unis et les institutions de prêt internationales telles que la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement (IDB) et la Banque centraméricaine d’intégration économique ont fortement investi dans la production de cette source d’énergie au Guatemala. La Banque interaméricaine de développement a déclaré que cette industrie pourrait apporter une injection d’argent et d’emplois à l’économie rurale du Guatemala si elle était développée correctement. Elles ont alloué 150 millions de dollars pour financer « les entreprises et les exportateurs de sucre et de bioénergie » en Amérique latine, y compris au Guatemala.

Les lois américaines et européennes imposant l’utilisation croissante de biocarburants dans les voitures ont contribué à la flambée des prix alimentaires et à la pénurie de terres pour l’agriculture vivrière en Asie, en Afrique et en Amérique latine. De nombreuses industries se sont donc tournées vers le jatropha, une mauvaise herbe non comestible qui pousse sur des terres moins propices aux cultures alimentaires et qui produit un rendement élevé en huile sur une plus petite surface. Les chercheurs ont constaté que le jatropha a besoin de cinq fois plus d’eau par unité d’énergie que la canne à sucre et le maïs, et nécessite en moyenne 20 000 litres d’eau pour chaque litre de biodiesel produit au Guatemala.

Le meilleur investissement : Gestion communautaire de l’eau et diversification des cultures

Bien que les Ch’orti’ aient regagné des territoires, le gouvernement et les agriculteurs continuent de violer leurs droits acquis sur les ressources naturelles et les moyens de subsistance. Certaines municipalités ont toujours refusé d’enregistrer les terres au nom des communautés indigènes. En réponse, les femmes Ch’orti’ ont proposé en 2019 trois voies d’avenir : la mise en œuvre d’une politique de reforestation des zones communales, principalement là où se trouvent les sources d’eau ; la création de réservoirs pour garantir aux familles l’accès à l’eau ; et la poursuite des actions devant les cours de justice qui légitiment les droits des communautés autochtones et demandent des comptes à ceux qui sont responsables des dommages environnementaux dans les territoires autochtones.

Dans une communauté, après que le maire municipal ait asséché une lagune voisine, les familles autochtones qui dépendaient de cette lagune ont été obligées d’aller chercher et de transporter l’eau située à un kilomètre de chez elles. Avec le soutien de COMUNDICH, la communauté a construit un réservoir pour stocker son eau.

Le changement climatique et la destruction accélérée de l’écosystème local ont eu un impact sur la disponibilité de l’eau et les moyens de subsistance de la communauté Ch’orti’, qui dépend de l’agriculture. Leurs principales cultures, les haricots et le maïs, sont vulnérables aux fréquentes sécheresses causées par le changement climatique. Pendant la pandémie, de nombreuses personnes n’ont pas eu de récoltes et ont dû se contenter de maïs et de quelques céréales de base pour survivre.

Grâce à l’eau de son réservoir, la communauté a pu diversifier ses cultures et planter des espèces natives s’adaptant mieux à l’environnement. Cette diversification des cultures a amélioré leur régime alimentaire et optimisé l’utilisation de leurs terres. Ces jardins ont également aidé les familles à faire face aux pénuries alimentaires pendant la pandémie, et elles envisagent maintenant de construire un nouveau réservoir qui profiterait à plus de 40 familles de cette communauté, notamment en période de sécheresse.

Aujourd’hui, les femmes Ch’orti’ continuent de mettre en pratique leurs connaissances ancestrales sur la conservation et la protection de l’eau, et poursuivent les actions en justice qui leur permettront d’obtenir les droits fonciers qui leur reviennent et de garantir l’accès à leurs sources d’eau.

Qui est à l’origine de cette solution climatique juste en matière de genre ?

Le réseau des femmes Autochtones Mayas Ch’orti’ et COMUNDICH sont soutenus par le Fondo Tierra Viva, qui fait partie du réseau GAGGA. Vous pouvez suivre le travail de COMUNDICH ici.

 

Illustration par Andrea Paredes.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.