OMMI fournit de l’eau potable dans le Chaco paraguayen


Le Chaco paraguayen (région occidentale du Paraguay) a un climat semi-aride qui, aggravé par le changement climatique, connaît de longues périodes de sécheresse de juin à décembre au cours desquelles l’évaporation dépasse les précipitations. La seule source d’eau pour les communautés autochtones de la région pendant cette saison sont les «tajamares», des réservoirs formés à partir de fouilles dans des terres non perméables. Cependant, la consommation et la production d’eau sont encore limitées car à mesure que l’eau continue de s’évaporer, le volume disponible du réservoir diminue considérablement.

La pénurie d’eau est le plus grand problème auquel sont confrontées les communautés d’Enxet Sur. Les femmes et les filles marchent jusqu’à cinq kilomètres pour se rendre au tajamar le plus proche, passant jusqu’à 3 heures par jour à aller chercher de l’eau. La seule eau qui reste dans le réservoir est sale et impropre à la consommation humaine, mais c’est tout ce qui est disponible.

Les femmes défenseures de l’environnement de l’Organización de Mujeres Mismo Indígena (Organisation des femmes autochtones ou OMMI), dans le cadre de l’alliance GAGGA, construisent huit réservoirs de 16000 litres chacun pour la collecte et le stockage de l’eau de pluie. Cela aura un impact sur la qualité de vie de 1 300 personnes, en générant des sources d’eau potable pour leurs familles. L’OMMI  mène cette action en partenariat avec des acteurs locaux et régionaux, publics et privés, dans le but de promouvoir les communautés en utilisant leurs propres moyens pour résoudre les problèmes auxquels elles sont confrontées. L’organisation vise également à influencer le gouvernement local afin qu’il prenne des mesures pour faciliter l’accès à l’eau potable.

Dans ce contexte, le Conseil interinstitutionnel de l’eau a été créé en 2019. Il est composé d’organisations non gouvernementales, de gouvernements locaux et de réseaux internationaux – comme la Plataforma Semiáridos qui est une plateforme d’organisations des zones semi-arides d’Amérique latine , et le programme Programa SEDCERO.

L’accès à l’eau potable est un droit de l’homme reconnu par le gouvernement paraguayen et est lié à d’autres droits tels que le droit à la santé, à une alimentation adéquate et à l’éducation, entre autres. Les femmes et les filles sont particulièrement touchées par la pénurie d’eau. Les femmes défenseurs de l’environnement de l’OMMI demandent aux gouvernements locaux et nationaux de respecter leurs engagements en matière d’accès à une eau salubre et propre.


Related Post

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

Que fait exactement la GAGGA ? Découvrez-le dans cette nouvelle animation

Les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier travaillent déjà à des solutions climatiques…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.