Les femmes restaurent les forêts de mangrove dans le delta du Niger


Dans le champ pétrolifère de Yorla, dans le delta du Niger, la communauté d’agriculteurs et de pêcheurs de Yaataah a vu son eau de plus en plus polluée. Il y a des décennies, ils trempaient leurs tubercules de manioc dans le fleuve Yaataah pendant des jours pour les faire fermenter avant de transformer le manioc en leur nourriture de base. Les femmes locales Kwawa étaient des potières renommées, qui gagnaient leur vie en moulant l’argile de la rivière pour en faire des pots traditionnels pour la danse, les herbes, les boissons et la cuisine.

Selon la nature de la marée, les pêcheurs de Yaataah avaient l’habitude de marcher dans la rivière et de jeter leurs filets dans l’eau pour attraper des poissons. Aujourd’hui, ils doivent louer des bateaux pour aller pêcher en haute mer, au péril de leur vie face aux raz-de-marée et aux pirates des mers. De nos jours, l’eau est également trop contaminée par les hydrocarbures de pétrole pour traiter leur manioc ou fabriquer leurs pots en argile, et les berges sont jonchées de restes de poissons et de carcasses de crabes.

Yaataah Swamp Forest avant que le centre de Lokiaka ne lance son initiative de restauration des mangroves. Photo: Lokiaka Centre.

La communauté de Yaataah abrite une station d’écoulement de pétrole avec trois puits de pétrole, et la rivière a été contaminée par des déversements de pétrole brut provenant des activités de la Shell Petroleum Development Company en conjonction avec sa société de joint-venture, la Nigeria National Petroleum Corporation. Avec le temps, la communauté a été témoin des impacts du torchage du gaz, des activités d’exploration pétrolière et du raffinage artisanal : pluies acides, suie noire, températures élevées, sol plus sec, marées plus hautes, pluies différées, désertification, destruction des habitats marins et décimation des mangroves.

Dans les zones du delta du Niger où les forêts de mangrove ont disparu en raison de la toxicité des déversements de pétrole, elles sont remplacées par des palmiers nipa – une espèce étrangère introduite il y a plus d’un siècle. Au cours des quatre dernières décennies, les palmiers nipa ont envahi le fleuve Yaataah, détruisant les mangroves indigènes de la région qui constituaient un habitat de reproduction crucial pour les poissons et les crustacés, et un puits de carbone pour l’environnement. Cela a rendu la vie encore plus difficile pour les femmes dont les moyens de subsistance dépendent de la chasse et de la vente de la liane de boue d’Afrique de l’Ouest.

Le delta du Niger est la troisième plus grande forêt de mangrove au monde et ses mangroves sont d’importantes solutions naturelles à la crise du changement climatique. Elles stockent quatre fois plus de carbone que les forêts tropicales humides traditionnelles, servent de protection du littoral contre les inondations et les tempêtes grâce à leur système racinaire dense, empêchent l’érosion et préservent la qualité et la clarté de l’eau. Elles constituent un centre de biodiversité tout en offrant divers avantages économiques. Toutefois, les mangroves pourraient disparaître complètement du delta du Niger au cours des 50 prochaines années si les palmiers nipa continuent à se multiplier rapidement et si les marées noires restent un problème.

Les femmes Ogoni touchées par les déversements d’hydrocarbures cultivent maintenant des mangroves dans la forêt marécageuse de Yaataah. Photo: Lokiaka Centre.

En réponse, une organisation communautaire de défense des droits des femmes et de l’environnement, appelée Lokiaka Community Development Centre (le Centre de développement communautaire de Lokiaka), a formé 250 femmes et filles de la communauté à la restauration des mangroves et à la gestion de la biodiversité afin d’accroître la séquestration du carbone, de rétablir les moyens de subsistance des populations, de relancer la biodiversité et de nettoyer l’eau des hydrocarbures pétroliers. Grâce à ce processus, les femmes ont défriché les palmiers nipa de 36 parcelles et cultivé 30 000 bourgeons de mangrove.

Le Centre Lokiaka a mené des campagnes ciblant Shell et le gouvernement nigérian, avec le soutien de la GAGGA, pour fournir de l’eau potable aux communautés, car c’est leur droit. L’organisation, ainsi que d’autres acteurs environnementaux, pousse Shell et son gouvernement à mettre pleinement en œuvre les recommandations du Programme des Nations unies pour l’environnement, formulées dans un rapport de 2011, visant à nettoyer, assainir et restaurer l’environnement Ogoni.

Le rapport a révélé que l’eau potable provenant des puits des communautés locales était contaminée par le benzène, un cancérigène connu, à des niveaux plus de 900 fois supérieurs à la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé. Le rapport de l’UNEP (Programme environnemental des Nations unies – PENU) a également identifié huit mesures d’urgence et a recommandé qu’elles soient prises d’urgence pour faire face aux problèmes à haut risque tels que l’approvisionnement en eau potable. Une décennie plus tard, le gouvernement n’a toujours pas fourni cette eau, alors même qu’il demande à ses citoyens de se laver régulièrement les mains avec de l’eau propre pour éviter la propagation de la COVID-19.

En janvier 2021, une cour d’appel néerlandaise a ordonné à la filiale nigériane de Shell d’indemniser les agriculteurs de deux villages du delta du Niger pour les dommages causés à leurs terres par des fuites de pétrole en 2004 et 2005. Cette décision crée des bases juridiques permettant aux communautés de s’attaquer aux multinationales qui leur nuisent, et elle pourrait ouvrir la voie à de nombreux litiges contre les compagnies pétrolières qui ont opéré au Nigeria.

La forêt marécageuse de Yaataah avec de jeunes mangroves cultivées par le centre de Lokiaka. Photo: Lokiaka Centre.

Lokiaka Community Development Centre est un partenaire local de Both ENDS, Global Greengrants Fund et Mama Cash de la Global Alliance for Green and Gender Action. Créée en 2009, cette organisation autogérée travaille pour et avec des agricultrices Autochtones et des militants des droits de l’homme du delta du Niger au Nigeria. Le groupe propose des formations en matière de défense des droits et s’engage dans des campagnes, la création d’alliances et l’échange de connaissances afin de garantir les droits fonciers des femmes Autochtones et de s’assurer que les femmes sont considérées comme des acteurs importants dans la prise de décisions liées à la terre et à l’environnement. Pour en savoir plus sur leur travail, cliquez ici.

 

Illustration par Naadira Patel @studiostudioworkwork.


Related Post

La lutte pour conserver notre qualité de vie

Aujourd’hui, on ne peut plus savoir quand les eaux montent et descendent. Ixé Márcia Mura, sé mira sá Mura, sé…

See more

Des féministes du Sud global aux décideurs de la COP : Un changement radical pour la justice climatique

« La justice climatique signifie… s’attaquer aux causes profondes de la crise climatique – notamment la production, la consommation et le…

See more

Que fait exactement la GAGGA ? Découvrez-le dans cette nouvelle animation

Les femmes, les filles, les personnes trans, intersexes et non binaires du monde entier travaillent déjà à des solutions climatiques…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.