Lutter contre les effets de la monoculture de la canne à sucre au Honduras


Les zones humides du sud du Honduras, le long des zones côtières du golfe de Fonseca, sont le 1000e site «Ramsar», ce qui signifie qu’elles ont été reconnues comme zone humide d’importance internationale. Au sein de ces zones humides se trouve la zone protégée de la faune Las Iguanas – Punto Condega, qui comprend 4 169 hectares de zones humides et six communautés côtières. L’UEDESAMAR opère dans la «zone tampon» adjacente à ces aires protégées, où l’utilisation des terres devrait être partiellement restreinte.

L’UEDESAMAR est composé de neuf organisations communautaires. Bien que certaines de ces organisations comptent également des membres masculins, les femmes prennent également la direction de la gestion de la forêt de mangrove. Dans le cadre de cet effort, elles ont lancé des projets de pêche à petite échelle, d’écotourisme et des initiatives pour protéger la tortue Golfina, restaurer les zones de mangroves dégradées et promouvoir la foresterie et l’agroécologie analogues. Elles promeuvent également la gouvernance environnementale en menant des activités de plaidoyer aux niveaux local et national pour faire pression en faveur des politiques qui réglementent l’utilisation des ressources marines-côtières. L’expérience de l’UEDESAMAR montre que la conservation des écosystèmes et de la biodiversité génère du bien-être, non seulement au niveau de l’écosystème, mais aussi pour les communautés qui y vivent, leur donnant une source de revenus.

Malgré une proposition de gestion durable des ressources des zones humides, les familles sont confrontées à des impacts sur leur santé et leurs conditions de vie causés par l’agriculture excessive de la canne à sucre à proximité de la zone. Cette monoculture a entraîné une pénurie d’eau ainsi que des pertes de récolte – car la pulvérisation aérienne de pesticides a accéléré le processus de maturation des fruits dans les arbres à proximité. La pire conséquence de la contamination par les pesticides et du manque d’eau de qualité a été son effet sur la santé des populations. Il existe des taux élevés de maladies rénales, respiratoires, gastro-intestinales et de divers types de cancer; dont les femmes souffrent davantage.

Comme les menaces les plus pressantes pour les droits humains des communautés sont liées à l’accès à des sources d’eau non contaminées et abondantes, les femmes de l’UEDESAMAR ont pris des mesures. Compte tenu de l’impact négatif de la monoculture de la canne à sucre dans leurs communautés sur l’environnement et la santé humaine, elles cherchent à inciter les autorités locales et nationales à prendre des mesures visant à promouvoir un environnement sain et exempt de contamination.


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.