Principales conclusions : Comment les femmes défenseurs de l’environnement définissent et répondent à la violence structurelle


Dans le monde entier, les femmes et les filles défenseurs de l’environnement (WGED) jouent un rôle important dans la lutte contre l’injustice environnementale et la crise climatique ; leur travail est crucial pour défendre les terres, les territoires, les masses d’eau et les écosystèmes critiques. Cependant, elles le font au péril de leur vie, de leur bien-être et de celui de leurs communautés. Selon un récent rapport de Global Witness, plus de quatre défenseurs de l’environnement par semaine en moyenne ont été tués en 2020, ce qui en fait l’année la plus dangereuse jamais enregistrée pour les défenseurs.

Pour comprendre les risques auxquels sont confrontés les groupes de travail sur l’égalité des sexes, l’Alliance mondiale pour l’action verte et l’égalité des sexes (GAGGA) a mené une étude à la mi-2021 pour savoir comment les collectifs, organisations et groupes de travail sur l’égalité des sexes dans le monde définissent la violence structurelle, quels types de violence structurelle ils rencontrent dans leur contexte et quelles sont leurs stratégies pour la prévenir et y répondre. L’étude, soutenue par la Fondation Ford, a permis d’établir une carte de 182 groupes dirigés par des travailleurs sociaux, dont 44 en Asie, 40 en Afrique, 5 en Géorgie et 93 en Amérique latine, et de mener une enquête et des entretiens avec des travailleurs sociaux régionaux et locaux du réseau GAGGA.

En raison de la nature du travail et de l’activisme des WGED, ce rapport ne contient délibérément pas d’informations permettant d’identifier les individus ou les lieux au-delà des régions. Pour protéger les groupes qui ont participé à cette étude, la GAGGA a utilisé des plateformes en ligne et des méthodes de gestion des données sécurisées. Au lieu de partager les résultats complets, nous publierons une version abrégée du rapport plus tard dans l’année afin d’aider les fonds pour la justice environnementale et pour les femmes, ainsi que d’autres donateurs, à mieux diriger les ressources financières et techniques là où elles sont le plus nécessaires.  En attendant, vous pouvez consulter ce guide de ressources et certaines conclusions clés ci-dessous.

La violence structurelle telle que définie et vécue par les WGED

Les WGED ont défini la violence structurelle au sens large, comme un phénomène stratifié où les expériences de violence actuelles sont construites sur des pratiques historiques d’oppression, d’exclusion et d’expropriation. Ces pratiques comprennent l’injustice économique, le silence et l’exclusion des femmes (y compris celles de la communauté LGBTQI+) de l’accès à la terre et aux processus décisionnels, les structures coloniales et précoloniales du pouvoir et du patriarcat, la violence parrainée par l’État et les abus de pouvoir des entreprises.

« Depuis nos contextes autochtones, nous sommes confrontés quotidiennement à de multiples formes de violence, comprises comme les effets historiques et structurels des formes patriarcales, coloniales, racistes, capitalistes, néolibérales et pandémiques qui exercent un pouvoir, une oppression et un contrôle sur les corps des filles, des femmes, des corps [non binaires] et sur la terre. » – Organisation locale latino-américaine

« La violence à laquelle nous sommes confrontés découle du fait que le gouvernement traite nos terres ancestrales comme une base de ressources à exploiter au détriment de notre bien-être en tant que peuple. Un certain nombre de législations, voire de politiques et de programmes au niveau national, ont un impact négatif sur nos droits fondamentaux et nos droits collectifs en tant que peuples autochtones. » – Organisation asiatique locale

« La colonisation et les compagnies pétrolières ont donné le pouvoir aux seuls hommes de la communauté et cela a donc marginalisé les femmes. De même, ce processus a privé les femmes de leurs terres et les a réservées aux chefs masculins, dont beaucoup étaient soutenus par des sociétés. » – Organisation africaine locale

Les expériences de violence vécues par les WGED vont de formes physiques à des formes psychologiques de préjudices et de menaces, y compris, mais sans s’y limiter, les attaques, les enlèvements, les meurtres, les intimidations, le harcèlement numérique et physique, l’expropriation ou la destruction des biens communs, la violence domestique, la violence sexuelle, les fausses accusations judiciaires, la diffamation et la criminalisation. La violence d’État et l’extractivisme d’entreprise soutenu par l’État sont apparus comme les plus grandes menaces pour les défenseurs locaux, leurs terres et leurs territoires. Les groupes autochtones sont plus susceptibles d’être victimes de violences et les défenseurs LGBTQI+ sont plus isolés et gravement menacés en raison de leur identité de genre et de leur non-conformité sexuelle.

La pandémie de COVID-19 a à la fois contribué à de nouvelles formes de violence structurelle à l’encontre des femmes et exacerbé les formes de violence existantes, notamment la violence sexiste. Les mesures gouvernementales de lutte contre le COVID-19 ont posé de nouveaux défis juridiques, physiques, financiers, de surveillance et opérationnels aux défenseurs et à leur communauté immédiate. Ces mesures ont exclu les femmes des processus de prise de décision et de plaidoyer ainsi que des espaces publics, ce qui a multiplié les possibilités pour les entreprises privées de poursuivre leurs activités destructrices pour l’environnement sans opposition et en toute impunité.

« Pendant le confinement [COVID-19], nous avons documenté environ 70 cas de violence contre les femmes et les filles défenseurs de l’environnement, comme des menaces de mort et des menaces physiques. Une escalade d’attaques numériques a eu lieu pendant le confinement… Ces comptes sont liés aux forces de sécurité de l’État et entretenus par l’État. » – Organisation locale asiatique 

Réponses des WGED à la violence structurelle

Les groupes autochtones sont engagés dans des actions très innovantes pour répondre à cette violence. Plus spécifiquement, les alliances territoriales et communautaires ainsi que les pratiques de soins et de guérison sont deux stratégies qui se sont avérées significatives et efficaces pour lutter contre la dépossession et l’extractivisme dirigés par les entreprises et soutenus par l’État. Ces groupes se sont également concentrés sur les réponses anticapitalistes et les actions de construction communautaire, telles que les économies solidaires.

Parmi les autres réponses, citons la création d’alliances et de mouvements, le lobbying en faveur de changements juridiques, le plaidoyer et le renforcement des capacités, ainsi que la diffusion d’informations et la sensibilisation. Deux méthodes efficaces consistent à obtenir une représentation politique des femmes au sein de la communauté afin qu’elles participent sur un pied d’égalité aux processus décisionnels et à lutter pour la propriété collective des ressources.

« L’accompagnement incarné communautaire (acuerpamientos) est un outil que nous utilisons pour soutenir nos collègues et la communauté. Par la présence physique, avec des éléments cérémoniels et la réalisation de rituels… Il rassemble toute l’énergie de la communauté pour soutenir la douleur – physique, émotionnelle, territoriale, symbolique, économique. » – Organisation locale latino-américaine

« Il y a beaucoup de fragmentation, les gens travaillent en silos, il devient donc facile d’être ciblé et réduit au silence. L’une des stratégies sur lesquelles nous travaillons avec nos partenaires est donc la suivante : comment renforcer le mouvement pour la justice environnementale en Afrique ? Pour que les femmes défenseurs des droits de l’homme qui travaillent sur la justice environnementale se réunissent, car ensemble, leur voix est plus forte. » -Organisation régionale africaine

 « Nous faisons beaucoup de travail dans la défense des biens communs. Par exemple, la nourriture et l’eau ne sont pas encore des droits de l’homme dans le pays. Nous plaidons auprès des décideurs, pour que des politiques en faveur de ces droits soient proposées. » – Organisation locale latino-américaine

Soutien nécessaire par les WGED

Les WGED ne bénéficient pas d’un soutien adéquat pour faire leur travail ou pour se protéger et protéger leurs communautés. Bien qu’ils parviennent à atteindre des objectifs importants malgré leurs maigres ressources, cela entraîne également des coûts mentaux, économiques, sociaux et physiques. La résistance est un dernier recours pour de nombreux groupes de toutes les régions, en particulier à la suite de l’échec de l’État à s’occuper de leurs communautés. En ce sens, le soutien visant à atténuer le poids de la résistance des défenseurs est essentiel pour leur bien-être mental, physique et communautaire.

Une grande majorité des groupes ont déclaré avoir besoin d’un soutien financier (81 %) et d’un soutien au renforcement des capacités (67 %) sur des sujets tels que le plaidoyer et la sécurité numérique. Parmi les autres besoins majeurs de soutien, citons l’aide en biens et équipements, y compris le transport, le plaidoyer, les communications et la sécurité numérique et physique. Les WGED ont également mentionné le soutien juridique, le soutien aux besoins psychosociaux et le soutien aux soins.

« Le soin et le bien-être collectifs sont aussi importants, c’est politique, il faut les soutenir pour qu’ils prennent juste le temps de respirer…. Si vous vous opposez à une centrale à charbon, il vous sera difficile de maintenir ce militantisme pendant toute une année. » – Organisation régionale africaine

Sur la base des conclusions de ce rapport, voici quelques recommandations sur la manière dont les fonds et les donateurs peuvent soutenir au mieux les WGED :

Diminuer les procédures bureaucratiques et les exigences en matière de rapportsbureaucratic procedures and reporting requirements

La réduction des procédures bureaucratiques, des exigences et des rapports serait bénéfique pour de nombreux groupes qui ne sont pas en mesure de se conformer aux exigences des donateurs en raison d’un manque de ressources et de contraintes juridiques et bancaires. La bureaucratie, en particulier dans le contexte de la pandémie, était écrasante pour ces groupes et considérée comme un obstacle à l’expansion des capacités, à la réussite de l’impact du changement au niveau local et à la satisfaction des besoins de leur communauté.

Fournir un soutien à long terme et flexible

Les WGED ont exprimé le besoin d’un financement stable, flexible et à long terme, au-delà des fonds urgents, qui leur permettrait de s’attaquer efficacement et en toute sécurité aux racines des problèmes auxquels ils sont confrontés, y compris le lobbying contre la violence parrainée par l’État, la responsabilisation par le biais du plaidoyer et le mouvement soutenu et la construction d’alliances nécessaires pour combattre les menaces environnementales.

Financer directement les groupes

Les WGED ont souligné la nécessité pour les donateurs de soutenir davantage d’acteurs communautaires et de les soutenir directement plutôt que par des intermédiaires – en particulier un soutien financier plus flexible et un renforcement des capacités pour consolider les compétences et les capacités des femmes et de leurs communautés. Les ressources seraient mieux utilisées lorsqu’elles sont données aux personnes qui sont sur le terrain, qui connaissent leurs problèmes et savent mieux comment les résoudre.

Investir dans la sécurité et le travail numérique

En raison de l’évolution vers des réunions et des activités en ligne provoquées par la pandémie de COVID-19, les WGED doivent avoir accès à des plateformes numériques sûres pour amplifier et défendre leurs demandes dans les espaces (numériques) nationaux, régionaux et internationaux. Le soutien supplémentaire comprend des formations numériques, une connexion Internet, du matériel, l’accessibilité numérique, la traduction, la capacité technique et l’infrastructure de sécurité numérique. Le soutien à la sécurité générale est apparu comme un besoin essentiel et englobe des moyens de déplacement sûrs (y compris le transport personnel), des espaces sûrs et des formations.

 


Related Post

Rapport | Le fonds pour l’autonomie et la résilience

En réponse à la crise et aux besoins des mouvements qu’elle soutient, l’Alliance mondiale pour une action verte et de…

See more

Rapport | La violence structurelle: Apprendre des femmes et des filles défenseures de l’environnement

Dans leurs efforts pour défendre leurs terres, leurs territoires et leurs ressources naturelles, les Femmes et les Filles Défenseures de…

See more

Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire dans le Chaco paraguayen

En bref : Le Green Climate Fund (GCF) investit dans de nouvelles plantations d’arbres dans sept pays cibles d’Amérique latine…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.