La GAGGA lance la campagne 2021 «We, Women are Water»


À l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars), la Global Alliance for Green and Gender Action (GAGGA) lancera la campagne “We, Women are Water” (« Nous, les femmes, sommes l’eau ») afin de souligner le rôle, les demandes et les actions des femmes pour assurer le droit à l’eau potable, face au changement climatique.

Les crises interdépendantes de l’eau, du climat et de la COVID-19 ont toutes les mêmes causes profondes : un système économique profondément injuste et patriarcal basé sur l’extraction et la croissance illimitée. La GAGGA offre une plateforme permettant aux fonds, aux ONG et aux organisations communautaires dirigées par des femmes de son réseau, d’unir leurs forces pour résister à ce modèle d’exploitation qui pollue les terres et l’eau des communautés, et de faire pression pour un changement structurel et une récupération juste qui donne la priorité aux personnes et à la planète plutôt qu’au profit.

Malgré les vastes défis, la combinaison de la pandémie et des crises climatiques a également révélé la résilience de l’organisation communautaire dirigée par les femmes ainsi que des pratiques qui s’appuient souvent sur les connaissances locales, traditionnelles et autochtones pour assurer l’approvisionnement en eau. Ces actions révèlent la force et la créativité du leadership des femmes locales, qui mobilisent le soutien mutuel et les réponses de la communauté.

Nous publierons un ou deux articles par jour sur les réseaux sociaux à l’approche de la Journée mondiale de l’eau (22 mars), en mettant l’accent sur les communautés soutenues par la GAGGA en Afrique, en Asie et en Amérique latine qui connaissent déjà une insécurité hydrique due au changement climatique. Bien que ces histoires ne constituent qu’un petit échantillon, elles reflètent la réalité de nombreuses communautés à travers le monde.

Leur sécurité limitée en matière d’eau est aggravée par les actions des entreprises, des gouvernements et des investisseurs engagés dans des activités extractives, de fausses solutions climatiques et l’agro-industrie. Dans tous ces projets, les droits humains des femmes, des communautés locales et des peuples Autochtones sont violés en raison du manque de consultation, de participation et de consentement préalable.

La campagne présentera des témoignages de partenaires en Bolivie, en Indonésie, en Mongolie, au Nigeria, au Pérou et en Afrique du Sud, qui montrent que l’abandon des énergies fossiles comme le charbon et le pétrole est non seulement crucial pour lutter contre la crise climatique, mais aussi pour garantir le droit des communautés à l’eau potable et renforcer leur capacité à s’adapter aux changements climatiques, — spécialement lors d’une pandémie mondiale.

Nous mettrons également l’accent sur des cas en Bolivie, en Inde, en Indonésie et au Guatemala où les gouvernements et les entreprises encouragent des solutions techniques à la crise climatique, telles que l’hydroélectricité et la géothermie, qui protègent les profits des entreprises tout en ayant un impact négatif sur les écosystèmes essentiels ainsi que sur l’accès des populations à la terre, à la sécurité alimentaire et à l’eau.

À travers ces histoires, nous voulons faire prendre conscience aux entreprises, aux gouvernements et aux investisseurs de la façon dont leurs actions aggravent l’insécurité et la contamination de l’eau dans les communautés, et du leadership des femmes en tant que défenseuses de l’eau. Ensemble, nous exigeons qu’ils:

  • Désinvestissent des industries d’énergies fossiles qui violent le droit des femmes à l’eau.
  • Garantissent le droit des femmes à l’eau grâce à des solutions climatiques justes en matière de genre. Les solutions doivent être durables et culturellement appropriées, avec la participation, le consentement et le contrôle des femmes, des populations Autochtones et des communautés locales.
  • Intègrent le leadership, les pratiques et les propositions des femmes dans l’accès, la gestion et la gouvernance de l’eau.

Ce n’est qu’en unissant nos forces que nous pourrons véritablement garantir les droits des femmes à l’eau potable et la participation des femmes à la prise de décision concernant son utilisation, sa gestion et sa conservation. Rejoignez la campagne et amplifiez les voix des femmes défenseuses de l’environnement, une publication à la fois, dans le but de faire connaître nos revendications.

Vous trouverez un lien vers des visuels, un calendrier de publications et des messages pour vos réseaux sociaux ici.

Vous pouvez suivre la campagne sur Facebook, Instagram et Twitter en utilisant #WeWomenAreWater et #MujeresSomosAgua.

__________________________________

Histoires de campagne

Les femmes honduriennes tissent un tissu de solidarité face à l’extractivisme

Les femmes restaurent les forêts de mangrove dans le delta du Niger

Les femmes en Afrique du Sud : L’eau, un droit fondamental à l’époque de la COVID-19

Les femmes défendant la vie au milieu des flammes dans le Chiquitano bolivien

“Nous n’allons pas manger d’eucalyptus”: Les femmes Qom s’organisent pour préserver leur territoire

Les femmes du centre de Java demandent la fin de la pollution par la boue provenant de l’exploration géothermique

Les femmes de Mazvihwa restaurent leurs terres et leurs eaux

Les femmes Yumao mènent la résistance contre le barrage de Rositas

« Ils sont en train de tuer la rivière » : Les femmes Q’eqchi’ défendent le Cahabón sacré

Les femmes Adivasi dans les mines de Zawar au Rajasthan réclament leurs droits

De jeunes féministes rurales défendent la rivière Motagua à travers l’artivisme

En Mongolie, des bergères protègent leurs oasis des compagnies minières

Les femmes de l’Amazonie bolivienne s’organisent contre l’exploration pétrolière

Les femmes d’Entre Ríos mènent des campagnes de sensibilisation sur l’utilisation et la gestion de l’eau

Les femmes du Chaco bolivien proposent des lois municipales pour résoudre la crise de l’eau

Les femmes Maya Ch’orti’ récupèrent leurs droits territoriaux et leur accès à l’eau

Protéger la forêt de Madre de Dios qui nous donne de l’eau

La lutte des womn pour l’eau et l’assainissement dans une pandémie

L’histoire de la rivière Mahakam en Indonésie : Du bien commun à l’extractivisme et inversement

 

Illustration par @Naandeyeah.


Related Post

L’histoire de la rivière Mahakam en Indonésie : Du bien commun à l’extractivisme et inversement

Depuis plus de cent ans, le deuxième plus long fleuve d’Indonésie et ses écosystèmes environnants ont été concédés à l’industrie…

See more

La lutte des womn pour l’eau et l’assainissement dans une pandémie

L’une des mesures sanitaires recommandées pour enrayer la propagation de la COVID-19 est le lavage des mains au savon, mais…

See more

Les femmes Maya Ch’orti’ récupèrent leurs droits territoriaux et leur accès à l’eau

Cela fait  17 ans que le peuple Maya Ch’orti’ demande la propriété des terres où vivaient ses ancêtres et maintenant…

See more

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et tenez-vous au courant de la lutte collective de notre réseau pour un monde équitable et respectueux de l'environnement.